Accéder au contenu principal

Classes à niveaux multiples.

Certains parents et enseignants “craignent” les classes à double, voire triple niveau. Si les parents des plus jeunes se font une raison, c’est parfois plus difficile pour les parents des enfants les plus âgés de la classe. Ils ont peur que leurs enfants soient “tirés vers le bas”.
Il faut savoir que ces classes sont fréquentes. Les enseignants savent faire avec, même si c’est souvent bien plus de travail. Parfois, de toute façon, il n’y a pas le choix, il n’y a pas de classe “pure” et tous les enfants d’un niveau sont en classe multiple. C’est souvent le cas des petites écoles.
Il faut savoir que le double-niveau a bien des avantages.
D’abord, lorsqu’on aborde une notion nouvelle, on l’aborde avec une moitié de classe seulement, l’autre moitié ayant un travail à faire sans déranger. Or avec une moitié de classe, on est bien plus disponible pour les enfants. Il est aussi bien plus facile de préparer des manipulations (genre une balance pour 4, c’est mieux qu’une pour 8 quand on apprend à s’en servir !)
Ensuite, quand on fait partie du groupe qui doit travailler seul, on apprend à être autonome, à ne pas rester “coincé” mais à passer à la suite de son travail, et à revenir plus tard sur ce qui bloque. On prend aussi l’habitude d’utiliser les outils à notre portée pour s’aider, sans faire appel à l’enseignant continuellement (reprendre sa leçon sur le cahier, aller chercher un Bescherelle…) On prend donc des bonnes habitudes de travail, on gagne en autonomie, on apprend à s’organiser. Des choses essentielles pour toutes ses études, donc. Ce sont aussi des apprentissages que l’on fait en niveau simple, bien sûr, mais en double-niveau, appeler l’enseignant est par moment réellement interdit, les enfants cèdent donc moins à la facilité d’appeler au secours pour s’entendre dire “relis ta leçon !” Ils doivent le faire par eux-mêmes.
Quant au fait d’être tirés vers le haut ou le bas, sornettes ! Effectivement, les plus jeunes profitent en général de remarques faites par ou aux grands. L’année d’après, ils ont déjà entendu parler de ce qu’ils vont faire, ça leur paraît dès lors tout à fait abordable. Ils sont donc peut-être un peu tirés vers le haut. Qu’en est-il des plus âgés ? Eux ne sont pas tirés vers le bas, ils sont plutôt poussés vers le haut. En effet, ils ne veulent pas être “rattrapés”, ils veulent jouer le rôle des grands qui en savent bien plus et qui ont bien plus d’expérience… Quoi de mieux pour avancer ?
Parents, si votre enfant se retrouve en double-niveau en septembre, voyez-donc cela comme une chance, nullement comme un handicap.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

La femme amazigh (bérbère).

La femme amazigh a su a travers l’histoire sauvegarder l’héritage culturel de notre peuple amazigh.Elle était en quelque sorte la garante d’une pérennité des traditions et coutumes de génération en génération. La grande mère était vraisemblablement l’école numéro 1 qu’affrontaient les nouvelles générations. Sa mémoire s’étendait bien à des éphémérides vielles des siècles qu’aux détails d’une vie que menaient imazighen en communauté.Elle animait les longues veillées hivernales aux travers de la narration de contes merveilleux et de légendes devant un auditoire multigénérationnel. Elle participeait activement aux différentes activités agricoles qui rythment la vie villageoise: ramassage de olives, cueillette de figues, entretien des jardins potagers, entretien des animaux de la basse-cour en plus, évidemment, de toutes les taches domestiques; cuisine, lessive et éducation des enfants...


Actuellement encore, elle continue à jouer ce rôle dans les compagnes et monts , mais dans l…

Midelt*

MIDELT *Malgré la distance qui nous sépare et le destin qui nous éloigne, Ilm’arrive souvent de voir ton image se placer devant moi. Dans mon cœur les battements montent en crescendo En songeant te revoir et palper à nouveau Les pommes de tes reliefs infinis. Sans Toi je ne suis qu’un étranger. *Midelt : ville marocaine, c’est ma ville natale. Copyright © Med AAZEROU  24/04/2014

Le tajine marocain.

Comme le couscous le tajine est le plat traditionnel par excellence du Maroc, Il faut dire que ce mot magique est évocateur des parfums du Maghreb, c’est toujours une invitation à l’évasion et au voyage. Il tient bien son nom de l’ustensile typique en terre vernissée où non dans lequel on le cuit lentement au charbon de bois.









   ( mes deux  tajine)

Cuisiné avec un élément de base (boeuf, agneau, volaille ou poisson), Ce ragout rustique est complété selon l’humeur ou le marché, le tajine est une aubaine pour toute cuisinière dotée d’un peu de talent et d’imagination. Il peut se préparer avec toute sortes d’ingrédients, le tour de main restant à peu prés toujours le même.

Chaque cuisinière marocaine à sa recette, variations autour d’un ragout de viande ou de poisson accompagné de légumes ou même des fruits secs. Il faut veiller à bien parfumer l’ensemble ; Les épices et les aromates restent les éléments qui confèrent au tajine ce gout d’ailleurs qui le différencie d’un ragout ordinaire.…