Accéder au contenu principal

l’Aple de Midelt


Tout le monde connait l’histoire des trois pommes qui ont changé le monde, la pomme d’Adam, celle de Newton et l’Aple  de  Steve Job ,mais il existe une quatrième ;la pomme de Midelt. Il s’agit d’une pomme métallique placée au centre ville.
Vous savez sans doute que c’est à cause d’une pomme qu'Adam et Ève furent chassés du paradis ainsi que  l'histoire de celle de Newton le jeune savant qui a reçu sur la tête une pomme, et hop, il en déduit la loi de la Gravitation Universelle, et  l’Aple numérique de Job  à demi croquée, qui a révolutionné le monde de l'informatique.

La particularité de l’Aple de Midelt c’est que  depuis qu’on l’a  posé les travaux n’ont jamais arrêté et la ville a connu un une grande métamorphose au niveau des infrastructures ce qui est une bonne chose vue l’histoire de la ville et vue son image à l’échelle nationale, mais il reste encore beaucoup de choses à faire au niveau économique et sociale.

Commentaires

  1. SImo est est énorme cette pomme c'est sympa je trouve

    RépondreSupprimer
  2. C'est beau! J'aime quand tu nous montre des photos de chez toi.

    RépondreSupprimer
  3. SIMO bonsoir j'avais des soucis je ne pouvais passer sur ton
    je trouve que c'est tellement original
    cette énorme pomme
    Passe une
    belle soirée
    SIMO

    RépondreSupprimer
  4. SIMO BONSOIR
    JE viens te dire bonsoir
    J'espère que tu vas bien et tu dois surement être bien occupé
    BISOU

    RépondreSupprimer
  5. C´est super sympa Simo!
    Bonne journée avec bisous
    Elisa

    RépondreSupprimer
  6. SIMO je viens te dire bonjour j'espère que tu as la forme bise

    RépondreSupprimer
  7. SIMO Passe un beau week end et une belle soirée aussi

    RépondreSupprimer
  8. Merci pour vos passages ,je vais bien mais trop occupé.

    RépondreSupprimer
  9. Merci de ta visite,à bientôt peut-être?

    RépondreSupprimer
  10. Excuse moi Simo, je suis en retard chez toi.
    Elle est belle à croquer la pomme de Midlet.
    D'paèrs ce que tu dis, il y avait d'autres priorités.
    A bientôt, Simo !

    RépondreSupprimer
  11. Quand la nuit ferme la parenthèse du jour, et que la lune rit de toute sa denture étoilée, moi j'en profite pour te souhaiter une excellente nuit.

    RépondreSupprimer
  12. Merci pour les beaux mots que vous gravez ici,mille bises

    RépondreSupprimer
  13. SIMO coucou je vois du changement sur ton blog et j'aime beaucoup
    je te souhaite une belle journée bise

    RépondreSupprimer
  14. Un petit bonjour pour te remercier de ta visite. Bon début de semaine.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Murmures

Je dis murmures, et ton absence se mélange avec mes syllabes.

Je dis absence, et le temps s’écoule lentement sur le nocturlabe.

Je dis lune, et l’obscurité de ce manque raconte notre histoire.

Je dis passé, et le fardeau du temps entrave les pas de l’espoir.

Je dis présent, et le passé se balade souvent dans mes rêves.

Je dis réalité, et les songes sont l’unique issue vers la trêve.

Je dis refuge, et je pense à ces moments passés sous la lune.

Je dis pensée, et ton souvenir éveille ces éternelles rancunes.

Je dis bruit et ces murmures se mêlent au silence nocturne.


Med A.
Mars 2016

Une vie qui s’achève

Une brise trousse les cheveux de l’été, elle l’oblige à préparer ses bagages,
un reste de soleil s'appesantit, tandis que le ciel nous livre son dernier orage,
les baigneurs, à pas lourds, se précipitent comme les rescapés d’un naufrage,
et le bateau des amours estivaux prend le large vers de nouveaux rivages.
Le sable fait ses adieux aux parasols qui abritaient les chairs morbidesses,
les feuilles arrivent à maturité, roussissent et plongent dans une légère ivresse,
les écoliers reprennent le chemin de l’école avec enthousiasme et allégresse,
la toquade s’achève dès la fin de l’été, à présent on cède la plage à la sagesse.
Dans les bois couleur de sable, au long des sentiers mal dessinés et monotones, 
j’apprécie le spectacle d’une feuille folle qui nargue, tangue et bourdonne,
elle se sacrifie pour former un beau tapis roux, pauvre victime d’automne !
Des vies qui s’achèvent, des centaines d’âmes aux pieds des arbres rayonnent.

Med.A Septembre 2015

Artistes que nous sommes !

Artistes que nous sommes !
Je scrute ce tableau diapré à l’ envers, le safran embrasse l’azur de l’Univers. Je mets des lunettes pour voir autrement une vie pleine d’espoir, où l’obscurité de la nuit est dorée et les étoiles sombres non éclairés, la femme noire dans ce monde creux liée par ce cordon au placenta bleu, Et puis, ces égratignures enfantines, un peu de sang et l’hilarité incertaine. Sublime créativité au cœur de l’homme ! Rappelle les artistes que nous sommes.

Med A.
Janvier 2016 (inspiré par le tableau “l’or de l’azur” 1967  Fondation Joan Miro à Barcelone)