Accéder au contenu principal

Le vieux peuplier (nouvelle)

     Le vieux peuplier

     Autour de moi  la rosée matinale mouille encore l’herbe, les rayons du soleil, qui trouvent une trajectoire à travers les branches, font briller les gouttes d’eau sur les brins des plantes. Je suis allongé sur le dos, Un vieux peuplier se dresse au dessus de ma tête, un bouquet de fleurs sur ma poitrine et la photo d’une femme dans la main.

    Je ne sais pas depuis combien de temps pourrais-je bien être allongé ici? Seul cet arbre sait  la réponse. Il fait bouger ses feuilles comme pour me dire quelque chose, mais il demeure sans voix. Je me fais tâter le visage plusieurs fois pour me convaincre que je ne rêve pas. Je crois qu’hier je suis sorti faire un tour, j’ai la fâcheuse habitude de regarder les étoiles. Ne serais-je pas revenu?

   Et la femme sur la photo, qui est-elle ? Elle était vêtue d’une jupe moulante rose, un chemisier blanc entre-ouvert laissant voir la naissance d’une belle poitrine. Elle se pavanait à coté d’un arbre… C’est le vieux peuplier !

    Je m’appuie sur le tronc pour ne pas tomber. Il était tout tatoué d’estampes de passion et d’ivresse, mais aussi de gravures de chagrin et de faiblesse. Avec le temps, le pauvre arbre se charge tout seul de cicatriser ces blessures. On lui fait  mal, mais il demeure sans voix.

   Une brise légère et des cris de loin m’ont tiré de cet état de déséquilibre... C’est un ami, il m’a cherché toute la nuit.

«Tu n’existes pas pour elle, arrête de te faire tuer avec ces comprimés de merde ! » me dit il avec un air furieux. 

   C’est vrai, autant d’antidépresseurs qui ne stimulent pas mon psychique doivent bien faire effet ailleurs. Entre le rêve et la réalité, il faut choisir.

   Je jette un dernier regard sur cet arbre. Il sait que c’est fini. Il se tient debout tout fier comme d’habitude. Mes yeux sont rouges de chagrin. Je marche vers mon futur avec une idée en tête: je reviendrai le 14 février prochain… Pour lui, au moins le vieux peuplier sera au rendez vous. »

   Il demeure sans voix…

Med Séptembre 2014

NB: La nouvelle est une  participation à un atelier d'écriture ayant comme sujet "l'arbre",



Commentaires

  1. je viens te dire bonsoir nous sommes en alerte rouge depuis hier et alors oui il ne fait pas beau bisous SIMO

    RépondreSupprimer
  2. Slt passe une belle soirée,j'espère que la tempête passe sans faire de dégâts. bisous.

    RépondreSupprimer
  3. Simo bonjour je sors un moment ensuite je repasse pour te lire
    bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour France, merci pour le passage,bisou.

      Supprimer
  4. C'est un beau texte, si les arbres pouvaient parler ils en auraient long à raconter.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Solange, c'est vrai les arbres gardent nos secret pour toujours!.

      Supprimer
  5. Bonjour Simo !
    Il est très beau ce texte. Tu peux venir ici pour ton inspiration, j'en plus de 100 juste de l'autre côté de la haie.
    En ce moment leurs feuilles tombent et heureusement pour une fois pas chez nous.
    Dans leur feuillage, je vois des merles, des corbeaux et même des buses.
    Sous leurs branches, des faisans et des chevreuils.
    Pour ton info je fais des essais d'écriture sur mon autre blog.
    A bientôt Simo !

    RépondreSupprimer
  6. Pas la peine de venir chez toi,chez toi vient ici chez moi à travers ton blog.Merci Claude.

    RépondreSupprimer
  7. SIMO bonjour j'aime ton texte et tu sais j'adore les peupliers aussi bisous

    RépondreSupprimer
  8. Passe une belle journée SIMO je viens de me lever
    j'espère que tu vas bien et que le temps est sympa chez toi
    ici le matin il caille un peu mais ensuite le soleil arrive et brille gros bisous

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Français d’origine marocaine Jean Reno .

Fan de Lino Ventura, fidèle à Luc Besson, Jean Reno se positionne désormais comme une valeur sûre et populaire dans le cinéma français. Ambitieux, il aura traversé les galères, accumulé les flops et finalement récolté deux des films français les plus populaires de leur temps dans sa carrière.

De son véritable nom Juan Moreno y Herrera Jimenez ou Juan Moreno Herrera, Jean Reno est né le 30 juillet 1948 à Casablanca, où ses parents, originaires d’Andalousie ont fin le régime de Franco, le jeune Reno suit les cours du conservatoire de Casablanca avant que la famille s’installe à Paris en 1970. Après avoir accompli son service militaire en Allemagne, Jean Reno, de retour en France, se lance dans une carrière de comédien, montant une troupe de théâtre avec Didier Flamand.
Il fait des apparitions remarquées dans des films tels que « Clair de femme » de Costa Gavras en 1979, « Le dernier compat » (1983) de Luc Besson. Sa collaboration avec ce dernier pour « Le grand bleu », « Nikita « ou enc…

Un beau coucher de 2016

Un beau coucher de 2016, photo prise par moi méme lors de ma promenade en famille à la plage de Rabat.
Que le chemin de l’année 2017 soit parsemé d’éclats de joie, de pétales de plaisir, qu’il soit éclairé par l’étincelle de l’amour et la lueur de l’amitié.
Bonne et heureuse année !

Ma ville natale(2)

(La gare de Midelt  vers 1920,aujourd'hui ni gare ni train)
Midelt est une ville du Maroc, à la jonction des chaînes du Moyen Atlas et du Haut Atlas
 oriental et une commune urbaine de la province de Midelt. Suite au recensement de 2004, Midelt comptait 44 781habitants, et après recalcule, doit, en 2006, compter 45 530 personnes. Cette petite ville marocaine est depuis longtemps un grand centre agricole basé sur l’exploitation des pommiers, la ville est entourée par plusieurs villages agricoles, touristiques et des sites d’exploitation minérale.
Lorsque les almoravides voulaient étendre leurs pouvoir sur Sijlmassa, ils ont acheminé dans cette région de haute moulouya environ 120 000 hommes armés, ce qui leurs a permis de sauter le verrou et ouvrir le passage de Tizi n Telghemt.Trois siècles après, il est mentionné que cette région était habitée par les Beni hassen, ces mêmes beni hassen étaient menacés par d’autres arabes qui parcouraient le désert. La famine qu’eut connue le Maro…