Accéder au contenu principal

Le vieux peuplier (nouvelle)

     Le vieux peuplier

     Autour de moi  la rosée matinale mouille encore l’herbe, les rayons du soleil, qui trouvent une trajectoire à travers les branches, font briller les gouttes d’eau sur les brins des plantes. Je suis allongé sur le dos, Un vieux peuplier se dresse au dessus de ma tête, un bouquet de fleurs sur ma poitrine et la photo d’une femme dans la main.

    Je ne sais pas depuis combien de temps pourrais-je bien être allongé ici? Seul cet arbre sait  la réponse. Il fait bouger ses feuilles comme pour me dire quelque chose, mais il demeure sans voix. Je me fais tâter le visage plusieurs fois pour me convaincre que je ne rêve pas. Je crois qu’hier je suis sorti faire un tour, j’ai la fâcheuse habitude de regarder les étoiles. Ne serais-je pas revenu?

   Et la femme sur la photo, qui est-elle ? Elle était vêtue d’une jupe moulante rose, un chemisier blanc entre-ouvert laissant voir la naissance d’une belle poitrine. Elle se pavanait à coté d’un arbre… C’est le vieux peuplier !

    Je m’appuie sur le tronc pour ne pas tomber. Il était tout tatoué d’estampes de passion et d’ivresse, mais aussi de gravures de chagrin et de faiblesse. Avec le temps, le pauvre arbre se charge tout seul de cicatriser ces blessures. On lui fait  mal, mais il demeure sans voix.

   Une brise légère et des cris de loin m’ont tiré de cet état de déséquilibre... C’est un ami, il m’a cherché toute la nuit.

«Tu n’existes pas pour elle, arrête de te faire tuer avec ces comprimés de merde ! » me dit il avec un air furieux. 

   C’est vrai, autant d’antidépresseurs qui ne stimulent pas mon psychique doivent bien faire effet ailleurs. Entre le rêve et la réalité, il faut choisir.

   Je jette un dernier regard sur cet arbre. Il sait que c’est fini. Il se tient debout tout fier comme d’habitude. Mes yeux sont rouges de chagrin. Je marche vers mon futur avec une idée en tête: je reviendrai le 14 février prochain… Pour lui, au moins le vieux peuplier sera au rendez vous. »

   Il demeure sans voix…

Med Séptembre 2014

NB: La nouvelle est une  participation à un atelier d'écriture ayant comme sujet "l'arbre",



Commentaires

  1. je viens te dire bonsoir nous sommes en alerte rouge depuis hier et alors oui il ne fait pas beau bisous SIMO

    RépondreSupprimer
  2. Slt passe une belle soirée,j'espère que la tempête passe sans faire de dégâts. bisous.

    RépondreSupprimer
  3. Simo bonjour je sors un moment ensuite je repasse pour te lire
    bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour France, merci pour le passage,bisou.

      Supprimer
  4. C'est un beau texte, si les arbres pouvaient parler ils en auraient long à raconter.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Solange, c'est vrai les arbres gardent nos secret pour toujours!.

      Supprimer
  5. Bonjour Simo !
    Il est très beau ce texte. Tu peux venir ici pour ton inspiration, j'en plus de 100 juste de l'autre côté de la haie.
    En ce moment leurs feuilles tombent et heureusement pour une fois pas chez nous.
    Dans leur feuillage, je vois des merles, des corbeaux et même des buses.
    Sous leurs branches, des faisans et des chevreuils.
    Pour ton info je fais des essais d'écriture sur mon autre blog.
    A bientôt Simo !

    RépondreSupprimer
  6. Pas la peine de venir chez toi,chez toi vient ici chez moi à travers ton blog.Merci Claude.

    RépondreSupprimer
  7. SIMO bonjour j'aime ton texte et tu sais j'adore les peupliers aussi bisous

    RépondreSupprimer
  8. Passe une belle journée SIMO je viens de me lever
    j'espère que tu vas bien et que le temps est sympa chez toi
    ici le matin il caille un peu mais ensuite le soleil arrive et brille gros bisous

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Midelt, avis de recherche!

J’ai besoin d’elle. Ça me rassure de savoir qu’elle est là, elle veille sur moi comme un ange gardien. Je n’envisage pas la vie sans elle. J’éprouve pour elle une inondation de passion. Jamais je n’ai imaginé me trouver dans cet état d’âme qu’on nomme, la nostalgie. Je me suis enfui et elle s’est enfuie en me laissant une légère brise de décembre. Je cherche son froid glacial et sa fraîcheur estivale. Je cherche cette sensation étrange que je ressens en la contemplant chaque matin de ma fenêtre. Je passe des nuits à rêver de cette musique que son vent me jouait en grattant les fils électriques. Je suis le seul à comprendre les mots qu’elle me chantait avec le grincement des fenêtres. Je vis dans l’espérance de me promener, à nouveau, avec elle et en elle dans ses sentiers, ses jardins, ses champs et ses ruisseaux. Je la retrouve de temps en temps, c’est vrai qu’elle est toujours magnifique malgré quelques interventions chirurgicales, mais elle n’est plus la même. D’ailleurs comme tout…

Murmures

Je dis murmures, et ton absence se mélange avec mes syllabes.

Je dis absence, et le temps s’écoule lentement sur le nocturlabe.

Je dis lune, et l’obscurité de ce manque raconte notre histoire.

Je dis passé, et le fardeau du temps entrave les pas de l’espoir.

Je dis présent, et le passé se balade souvent dans mes rêves.

Je dis réalité, et les songes sont l’unique issue vers la trêve.

Je dis refuge, et je pense à ces moments passés sous la lune.

Je dis pensée, et ton souvenir éveille ces éternelles rancunes.

Je dis bruit et ces murmures se mêlent au silence nocturne.


Med A.
Mars 2016

Une vie qui s’achève

Une brise trousse les cheveux de l’été, elle l’oblige à préparer ses bagages,
un reste de soleil s'appesantit, tandis que le ciel nous livre son dernier orage,
les baigneurs, à pas lourds, se précipitent comme les rescapés d’un naufrage,
et le bateau des amours estivaux prend le large vers de nouveaux rivages.
Le sable fait ses adieux aux parasols qui abritaient les chairs morbidesses,
les feuilles arrivent à maturité, roussissent et plongent dans une légère ivresse,
les écoliers reprennent le chemin de l’école avec enthousiasme et allégresse,
la toquade s’achève dès la fin de l’été, à présent on cède la plage à la sagesse.
Dans les bois couleur de sable, au long des sentiers mal dessinés et monotones, 
j’apprécie le spectacle d’une feuille folle qui nargue, tangue et bourdonne,
elle se sacrifie pour former un beau tapis roux, pauvre victime d’automne !
Des vies qui s’achèvent, des centaines d’âmes aux pieds des arbres rayonnent.

Med.A Septembre 2015