Accéder au contenu principal

Une vie qui s’achève



Une brise trousse les cheveux de l’été, elle l’oblige à préparer ses bagages,

un reste de soleil s'appesantit, tandis que le ciel nous livre son dernier orage,

les baigneurs, à pas lourds, se précipitent comme les rescapés d’un naufrage,

et le bateau des amours estivaux prend le large vers de nouveaux rivages.

Le sable fait ses adieux aux parasols qui abritaient les chairs morbidesses,

les feuilles arrivent à maturité, roussissent et plongent dans une légère ivresse,

les écoliers reprennent le chemin de l’école avec enthousiasme et allégresse,

la toquade s’achève dès la fin de l’été, à présent on cède la plage à la sagesse.

Dans les bois couleur de sable, au long des sentiers mal dessinés et monotones, 

j’apprécie le spectacle d’une feuille folle qui nargue, tangue et bourdonne,

elle se sacrifie pour former un beau tapis roux, pauvre victime d’automne !

Des vies qui s’achèvent, des centaines d’âmes aux pieds des arbres rayonnent.



Commentaires

  1. SIMO bonjour merci j'aime te lire et c'est vrai que l'été est plus loin et l'automne arrive*
    J'aime cette saison ou je peux observer comme toi les feuilles sans cesse*
    J'aime y marcher dessus aussi et découvrir ce bruit que je trouve formidable*
    tu sais s'il fallait inventer une autre saison et bien je pense que ce serait
    la saison amour paix Elle devrait être sur le calendrier je pense*

    gros bisous SIMO

    RépondreSupprimer
  2. Salut France, je trouve que ton commentaire a bien résumé ce poème,je le trouve même plus beau que le poème.Je rajoute ma voie à la tienne et je signe la pétition " tous pour la nouvelle saison: amour et paix"

    RépondreSupprimer
  3. Bonjour Simo !
    Belle photo et joli texte, dis moi !
    L'automne n'est pas trop ma saison préférée car après elle c'est l'hiver.
    Bien que née en janvier, je suis une fille du soleil Simo. Je vais me recroqueviller sur moi-même, me mettre légèrement en hibernation, me cacher au chaud comme une marmotte en attendre le retour des beaux jours.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bsr Claude , je suis un enfant d'automne, mais je le déteste, j'adore la chaleur aussi.Merci pour ce beau passage.

      Supprimer
  4. C'est beau !
    J'adore ce poème

    Merci Simo

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci à toi aussi pour ce beau et délicieux passage.

      Supprimer
  5. C'est très joli, moi j'aime l'automne, de belles journées, de belles couleurs. C'est une explosion de couleurs avant que tout soit blanc.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Salut Solange, pour l'artiste que tu es, c'est sur que tu aimes puisque c'est la saison des couleurs. Merci

      Supprimer
  6. SIMO bonsoir je ne vais pas abimer ce tapis il est si beau
    j'aime cette saison et toutes ces couleurs quel bonheur je trouve*
    Puis marcher sur les feuilles est un superbe jeu gros bisous

    RépondreSupprimer
  7. Les feuilles se sacrifient pour qu'on puisse marcher dessus et admirer leur musique.Gros bisous France.

    RépondreSupprimer
  8. Bonjour bonjour je suis désolée tu sais car je ne trouve plus assez de temps pour venir te lire
    et là je dois vite sauter dans ma petite voiture
    mais je vais donc essayer de repasser ce soir gros bisous

    RépondreSupprimer
  9. Bonnes fêtes de fin d'année.
    Amitiés.

    RépondreSupprimer
  10. Tous mes voeux de bonheur et de santé à toi et ta famille pour la nouvelle année.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

La femme amazigh (bérbère).

La femme amazigh a su a travers l’histoire sauvegarder l’héritage culturel de notre peuple amazigh.Elle était en quelque sorte la garante d’une pérennité des traditions et coutumes de génération en génération. La grande mère était vraisemblablement l’école numéro 1 qu’affrontaient les nouvelles générations. Sa mémoire s’étendait bien à des éphémérides vielles des siècles qu’aux détails d’une vie que menaient imazighen en communauté.Elle animait les longues veillées hivernales aux travers de la narration de contes merveilleux et de légendes devant un auditoire multigénérationnel. Elle participeait activement aux différentes activités agricoles qui rythment la vie villageoise: ramassage de olives, cueillette de figues, entretien des jardins potagers, entretien des animaux de la basse-cour en plus, évidemment, de toutes les taches domestiques; cuisine, lessive et éducation des enfants...


Actuellement encore, elle continue à jouer ce rôle dans les compagnes et monts , mais dans l…

Midelt*

MIDELT *Malgré la distance qui nous sépare et le destin qui nous éloigne, Ilm’arrive souvent de voir ton image se placer devant moi. Dans mon cœur les battements montent en crescendo En songeant te revoir et palper à nouveau Les pommes de tes reliefs infinis. Sans Toi je ne suis qu’un étranger. *Midelt : ville marocaine, c’est ma ville natale. Copyright © Med AAZEROU  24/04/2014

Le tajine marocain.

Comme le couscous le tajine est le plat traditionnel par excellence du Maroc, Il faut dire que ce mot magique est évocateur des parfums du Maghreb, c’est toujours une invitation à l’évasion et au voyage. Il tient bien son nom de l’ustensile typique en terre vernissée où non dans lequel on le cuit lentement au charbon de bois.









   ( mes deux  tajine)

Cuisiné avec un élément de base (boeuf, agneau, volaille ou poisson), Ce ragout rustique est complété selon l’humeur ou le marché, le tajine est une aubaine pour toute cuisinière dotée d’un peu de talent et d’imagination. Il peut se préparer avec toute sortes d’ingrédients, le tour de main restant à peu prés toujours le même.

Chaque cuisinière marocaine à sa recette, variations autour d’un ragout de viande ou de poisson accompagné de légumes ou même des fruits secs. Il faut veiller à bien parfumer l’ensemble ; Les épices et les aromates restent les éléments qui confèrent au tajine ce gout d’ailleurs qui le différencie d’un ragout ordinaire.…