Accéder au contenu principal

L'école ou je travail cette année.




Cette année je travaille ici toujours dans le milieu rural.Ce qui a changer c'est que j'ai gagner 40km de piste par rapport à l'année précédente ,je fais la navette à moto 36km chaque jour aller et retour vers la ville de Tinghir ou j'habite.Beaucoup parmi vous me dirons pourquoi je change d'école?
Normalement mon école est à 12km cette fois pas de piste mais puisque on est en surnombre de profs (6 au total)  et  je suis l'avant dernier dans le classement on est obligé de travailler dans les écoles ou il y a un un manque d'enseignants.Malgré tout c'est mieux d'être en ville chaque jour que de la voir une fois par semaine et rester couper du monde.





Commentaires

  1. ben moi j'y habite et je passe chaque jour en allant au travail près des eaux usée et des déchets.
    merci pour le passage.

    RépondreSupprimer
  2. L'environnement où vous travaillez m'impressionne toujours. À lire votre profil, on se rend vite compte que l'enseignement vous tient beaucoup à coeur. L'environnement aussi... Je partage vos deux points de vue!

    RépondreSupprimer
  3. @Nounou La terre : on s'adapte avec l'environnement tous simplement...:) sourire.
    merci

    RépondreSupprimer
  4. Nounou La Terre! Je ne savais pas que j'avais un 2e nom. C'est vrai que je ressemble à un nounours...

    RépondreSupprimer
  5. désolé pour la faute de frappe...:)grand sourire.chere NANOU la terre.

    RépondreSupprimer
  6. Je te remercie pour ta visite sur mon blogue, j'ai visionné le tien, c'est intéressant ça ressemble à un journal. Je reviendrai.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

La femme amazigh (bérbère).

La femme amazigh a su a travers l’histoire sauvegarder l’héritage culturel de notre peuple amazigh.Elle était en quelque sorte la garante d’une pérennité des traditions et coutumes de génération en génération. La grande mère était vraisemblablement l’école numéro 1 qu’affrontaient les nouvelles générations. Sa mémoire s’étendait bien à des éphémérides vielles des siècles qu’aux détails d’une vie que menaient imazighen en communauté.Elle animait les longues veillées hivernales aux travers de la narration de contes merveilleux et de légendes devant un auditoire multigénérationnel. Elle participeait activement aux différentes activités agricoles qui rythment la vie villageoise: ramassage de olives, cueillette de figues, entretien des jardins potagers, entretien des animaux de la basse-cour en plus, évidemment, de toutes les taches domestiques; cuisine, lessive et éducation des enfants...


Actuellement encore, elle continue à jouer ce rôle dans les compagnes et monts , mais dans l…

Le tajine marocain.

Comme le couscous le tajine est le plat traditionnel par excellence du Maroc, Il faut dire que ce mot magique est évocateur des parfums du Maghreb, c’est toujours une invitation à l’évasion et au voyage. Il tient bien son nom de l’ustensile typique en terre vernissée où non dans lequel on le cuit lentement au charbon de bois.









   ( mes deux  tajine)

Cuisiné avec un élément de base (boeuf, agneau, volaille ou poisson), Ce ragout rustique est complété selon l’humeur ou le marché, le tajine est une aubaine pour toute cuisinière dotée d’un peu de talent et d’imagination. Il peut se préparer avec toute sortes d’ingrédients, le tour de main restant à peu prés toujours le même.

Chaque cuisinière marocaine à sa recette, variations autour d’un ragout de viande ou de poisson accompagné de légumes ou même des fruits secs. Il faut veiller à bien parfumer l’ensemble ; Les épices et les aromates restent les éléments qui confèrent au tajine ce gout d’ailleurs qui le différencie d’un ragout ordinaire.…

Ça bosse..!

Voici  l'histoire drôle, racontée par notre amie Claude , d'un dromadaire qui salut un chameau.