Accéder au contenu principal

Avatar, j'en redemande... et vous ?

Avatar, le nom est mis sur la table. Cela faisait longtemps qu’un film n’avait pas autant déchainé les passions en bien ou en mal. Il y a ceux qui aiment, ceux qui détestent, ceux qui pissent contre le vent histoire de se prouver qu’ils ne sont pas des moutons.
« Non mais tu comprends la 3d d’avatar, elle apporte rien », « la meilleure chose dans Avatar c’est la 3d de la pub haribo avant le film… » et ainsi de suite, je vous épargne la longue litanie des possibles excuses que les gens sortent pour crier haut et fort que oui Avatar c’est un peu comme les chtis, c’est vachement surévalué par rapport au score en salle. Perso, est-ce que je suis dans le camp des casseurs de rêves, l’archétype parfait de l’aigri qui contredit pour entamer le débat ? Non pas du tout, en fait Avatar j’adore, et pire que tout j’assume complètement le fait de penser que c’est un sacré bon film et un sacré « grand » film.
Alors oui, j’en vois déjà venir avec l’argument Pochaontas, Danse avec les loups…oui sur le fond Avatar n’invente rien. Je ne pense pas que Cameron de mémoire est dit une seule fois avoir eu l’intention de révolutionner la dramaturgie avec ce film. Non son intention est autre, elle a toujours été à un niveau bien plus grand que celle de créer une simple histoire. Un peu comme un demi-dieu dans Populous, Cameron lui veut créer un nouveau monde. Pas un truc du genre carte postale, d’un bora bora intergalactique, non loin de là. Lui ce qu’il désire mettre en place c’est un monde dangereux, imprévisible, tout droit sortie d’un roman sf des années 50. C’est un gamin rêveur et éternel insatisfait face aux limitations de la technologie que l’on retrouve dans la peau de ce cinéaste fou. Cameron c’est tout simplement l’équivalent d’un Cecile B de Mille 2.0. Un type que le commun des mortels va prendre pour un fou. Un type au final pas si loin de l’enfant que l’on a tous été. La différence entre lui et nous est juste simple, il n’a pas mis ses rêves de côté. Résultat des courses, après des débuts difficiles, des films fait avec des bouts de ficelles devenues des classiques, le voici à la tête d’un film en passe de faire tout simplement plus d’argent que Titanic au box office…

Oui il y a encore quelques années, Titanic semblait intouchable, le film que personne ne pourrait mettre a terre. Un challenge pas évident pour le commun des mortes, mais en même temps typiquement le genre de challenge que Cameron adore. Quoi de mieux et plus stimulant que de se battre contre soi même. Une envie qui se recoupe avec celle du personnage principal du film, qui va devoir surmonter ses propres peurs pour aller de l’avant. Non au final, même avec la plus grande mauvaise foi possible, j’ai un mal fou a critiquer Avatar. Le film de Cameron pour moi marque premièrement une nouvelle étape dans la façon de mélanger effets spéciaux et histoire. L’un fonctionnant en symbiose avec son voisin, et non plus au détriment de ce dernier. Le film marque aussi une mini révolution dans le domaine des personnages de synthèses. Difficile de dire que Neytiri n’est pas humaine…c’est à la fois effrayant et fascinant. Effrayant, car on s’interroge sur un simple fait : Cameron a-t-il ouvert la boite de Pandore ? Fascinant sur un autre aspect par l’étendue des possibilités qui s’offrent aux cinéastes qui s’engageront dans la même voie que Cameron.

Je n’étais pas fan de la 3d a outrance, mais quand celle-ci est mise entre les mains d’un vrai réalisateur, avec une vraie vision, cela devient un moment tellement magique pour le cinéphile que je suis, qu’il m’est impossible de refuser le voyage. Avatar c’est cela au final, un voyage vers l’imaginaire. Un express vers nos rêves de gosses qui pour une fois en apparaissant à l’écran n’ont jamais été aussi réels. Avatar, j’en redemande et vous ?

Par Nicolas Ngonga (chandleyr).

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

La femme amazigh (bérbère).

La femme amazigh a su a travers l’histoire sauvegarder l’héritage culturel de notre peuple amazigh.Elle était en quelque sorte la garante d’une pérennité des traditions et coutumes de génération en génération. La grande mère était vraisemblablement l’école numéro 1 qu’affrontaient les nouvelles générations. Sa mémoire s’étendait bien à des éphémérides vielles des siècles qu’aux détails d’une vie que menaient imazighen en communauté.Elle animait les longues veillées hivernales aux travers de la narration de contes merveilleux et de légendes devant un auditoire multigénérationnel. Elle participeait activement aux différentes activités agricoles qui rythment la vie villageoise: ramassage de olives, cueillette de figues, entretien des jardins potagers, entretien des animaux de la basse-cour en plus, évidemment, de toutes les taches domestiques; cuisine, lessive et éducation des enfants...


Actuellement encore, elle continue à jouer ce rôle dans les compagnes et monts , mais dans l…

Le tajine marocain.

Comme le couscous le tajine est le plat traditionnel par excellence du Maroc, Il faut dire que ce mot magique est évocateur des parfums du Maghreb, c’est toujours une invitation à l’évasion et au voyage. Il tient bien son nom de l’ustensile typique en terre vernissée où non dans lequel on le cuit lentement au charbon de bois.









   ( mes deux  tajine)

Cuisiné avec un élément de base (boeuf, agneau, volaille ou poisson), Ce ragout rustique est complété selon l’humeur ou le marché, le tajine est une aubaine pour toute cuisinière dotée d’un peu de talent et d’imagination. Il peut se préparer avec toute sortes d’ingrédients, le tour de main restant à peu prés toujours le même.

Chaque cuisinière marocaine à sa recette, variations autour d’un ragout de viande ou de poisson accompagné de légumes ou même des fruits secs. Il faut veiller à bien parfumer l’ensemble ; Les épices et les aromates restent les éléments qui confèrent au tajine ce gout d’ailleurs qui le différencie d’un ragout ordinaire.…

Ça bosse..!

Voici  l'histoire drôle, racontée par notre amie Claude , d'un dromadaire qui salut un chameau.