Accéder au contenu principal

On ne rattrape jamais… le temps


C’est plutôt lundi,
Le temps marche au ralenti,
Les secondes et les minutes sont en sursis.
Je viens d’apprendre,
Ce que je cherche à comprendre.
Il ralenti.
On ne rattrape jamais… le temps.

Et l’autre jour, je crois mardi,
Comme on nous a appris,
Les jours se suivent et se cassent,
Contre notre gré quoiqu’on fasse.
Il  n’est plus dans l’impasse.
On ne rattrape jamais… le temps.

On progresse un peu le mercredi,
Encore mieux la fin du jeudi,
On goute le vin de la vie
Qu’on servira le soir du vendredi.
Il s’enivre.
On ne rattrape jamais… le temps.

Arrive le samedi puis le dimanche,
 Le plaisir et les nuit blanches,
Comme la semaine est brève,
Si seulement dure ce rêve !
Il fuit.
On ne rattrape jamais… ce champion.

                                    Copyright © Med AAZEROU   23/04/ 2014 

Commentaires

  1. SIMO bonjour j'aime tes lignes et j'essaye de gagner du temps mais je n'y arrive jamais
    il me faudrait un peu d'heures sur mon montre pour y arriver
    et j'adore le week end oui pour me mettre à rêver
    bisou SIMO

    RépondreSupprimer
  2. On ne rattrape jamais… ce champion ma chère France.Bisous à toi aussi.

    RépondreSupprimer
  3. Si on pouvait l'arrêter de temps en temps quand ça va bien! Bonne semaine.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui j'aimerai moi avoir une télécommande pour appuyer sur pause lors des moments de joie.bonne semaine à toi aussi Solange.

      Supprimer
  4. ca fait longtemps que je ne suis plus revenue... je reviendrai plus souvent.. cette photo est belle et me fait penser à mon voyage à marrakech..!

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Murmures

Je dis murmures, et ton absence se mélange avec mes syllabes.

Je dis absence, et le temps s’écoule lentement sur le nocturlabe.

Je dis lune, et l’obscurité de ce manque raconte notre histoire.

Je dis passé, et le fardeau du temps entrave les pas de l’espoir.

Je dis présent, et le passé se balade souvent dans mes rêves.

Je dis réalité, et les songes sont l’unique issue vers la trêve.

Je dis refuge, et je pense à ces moments passés sous la lune.

Je dis pensée, et ton souvenir éveille ces éternelles rancunes.

Je dis bruit et ces murmures se mêlent au silence nocturne.


Med A.
Mars 2016

Midelt, avis de recherche!

J’ai besoin d’elle. Ça me rassure de savoir qu’elle est là, elle veille sur moi comme un ange gardien. Je n’envisage pas la vie sans elle. J’éprouve pour elle une inondation de passion. Jamais je n’ai imaginé me trouver dans cet état d’âme qu’on nomme, la nostalgie. Je me suis enfui et elle s’est enfuie en me laissant une légère brise de décembre. Je cherche son froid glacial et sa fraîcheur estivale. Je cherche cette sensation étrange que je ressens en la contemplant chaque matin de ma fenêtre. Je passe des nuits à rêver de cette musique que son vent me jouait en grattant les fils électriques. Je suis le seul à comprendre les mots qu’elle me chantait avec le grincement des fenêtres. Je vis dans l’espérance de me promener, à nouveau, avec elle et en elle dans ses sentiers, ses jardins, ses champs et ses ruisseaux. Je la retrouve de temps en temps, c’est vrai qu’elle est toujours magnifique malgré quelques interventions chirurgicales, mais elle n’est plus la même. D’ailleurs comme tout…

Une vie qui s’achève

Une brise trousse les cheveux de l’été, elle l’oblige à préparer ses bagages,
un reste de soleil s'appesantit, tandis que le ciel nous livre son dernier orage,
les baigneurs, à pas lourds, se précipitent comme les rescapés d’un naufrage,
et le bateau des amours estivaux prend le large vers de nouveaux rivages.
Le sable fait ses adieux aux parasols qui abritaient les chairs morbidesses,
les feuilles arrivent à maturité, roussissent et plongent dans une légère ivresse,
les écoliers reprennent le chemin de l’école avec enthousiasme et allégresse,
la toquade s’achève dès la fin de l’été, à présent on cède la plage à la sagesse.
Dans les bois couleur de sable, au long des sentiers mal dessinés et monotones, 
j’apprécie le spectacle d’une feuille folle qui nargue, tangue et bourdonne,
elle se sacrifie pour former un beau tapis roux, pauvre victime d’automne !
Des vies qui s’achèvent, des centaines d’âmes aux pieds des arbres rayonnent.

Med.A Septembre 2015