Accéder au contenu principal

Le selfie

    

    Ça fait plus de deux ans qu’il n’a pas mis les pieds ici, son visage et sillonné de fatigue et de temps, il avance d’un pas hésitant. Même si le temps a passé, il se souvient encore de ce soleil brûlant de juillet et se plonge dans des souvenirs estivaux en plein hiver.

    Malgré la brume en suspension, on distingue les remparts de la ville. Sur le bastion formant une sorte de balcon, des couples assis sur les murets contemplent l'océan Atlantique se noyer doucement dans le crépuscule et les vagues acharnées se briser sur les écueils. Un endroit romantique, isolé à l’abri des regards, c’est la cible la plus convoitée de tous les amoureux. Un vrai décor de cinéma façon veille médina.

    Le vent glacial apporte avec lui la vision de ce souvenir amer qu’il n’arrive plus à chasser de son esprit : l’image de cette petite fille écrasée sur les rochers. Il s’arrête net devant la porte bleue de sa maison, puis monte les marches de cette vieille ruelle pour arriver sur le bastion. Il cherche son portable, le déverrouille. Il visionne le selfie  cause de ses maux. Il n’arrive pas à trouver une explication à ce qui s’est passé. Il est épuisé de se culpabiliser. Peut être qu’il n’aurait jamais dû prendre cette photo ?

    Dans sa tête, l’image de ce souvenir devient de plus en plus pertinente. Il s’adosse contre la muraille et fixe le sol mouillé par ses larmes. Il veut jeter un coup d’œil sur les roches mais il a peur de regarder. Il monte malgré tout sur le muret le dos tourné vers l’océan comme pour prendre un selfie. Il a cessé de pleurer car au fond de lui il a ce sentiment que doit avoir le croyant lorsqu’il va rencontrer son Dieu. Il aime la vie, or même le temps ne parviendra jamais à lui faire oublier cette voix qui ne cesse de répéter: « Attention Monsieur, ta fille va tomber…Attrape-la...Non! ».Il va se rendre à son destin… Et c’est là qu’il se donne la petite poussée nécessaire à sa chute libre.   

©Med octobre 2014

Commentaires

  1. Difficile de vivre quand on se sent coupable de la mort de quelqu'un. un sujet bien triste. Bonne journée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui Solange c'est très difficile.Merci pour ton passage.

      Supprimer
  2. SIMO bonjour
    tu sais je ne sais pas comment on peut continuer de vivre quand on pense avoir fait une faute
    et là ton texte est tellement triste SIMO
    je t'embrasse fort

    RépondreSupprimer
  3. Oui France c'est très difficile.Bsous

    RépondreSupprimer
  4. SIMO je viens te souhaiter un très beau NOEL avec ta famille
    je t'embrasse fort

    RépondreSupprimer
  5. SIMO BONSOIR JE VIENS TE SOUHAITER un beau réveillon et une belle année avec un peu d'avance je t'embrasse

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Français d’origine marocaine Jean Reno .

Fan de Lino Ventura, fidèle à Luc Besson, Jean Reno se positionne désormais comme une valeur sûre et populaire dans le cinéma français. Ambitieux, il aura traversé les galères, accumulé les flops et finalement récolté deux des films français les plus populaires de leur temps dans sa carrière.

De son véritable nom Juan Moreno y Herrera Jimenez ou Juan Moreno Herrera, Jean Reno est né le 30 juillet 1948 à Casablanca, où ses parents, originaires d’Andalousie ont fin le régime de Franco, le jeune Reno suit les cours du conservatoire de Casablanca avant que la famille s’installe à Paris en 1970. Après avoir accompli son service militaire en Allemagne, Jean Reno, de retour en France, se lance dans une carrière de comédien, montant une troupe de théâtre avec Didier Flamand.
Il fait des apparitions remarquées dans des films tels que « Clair de femme » de Costa Gavras en 1979, « Le dernier compat » (1983) de Luc Besson. Sa collaboration avec ce dernier pour « Le grand bleu », « Nikita « ou enc…

Un beau coucher de 2016

Un beau coucher de 2016, photo prise par moi méme lors de ma promenade en famille à la plage de Rabat.
Que le chemin de l’année 2017 soit parsemé d’éclats de joie, de pétales de plaisir, qu’il soit éclairé par l’étincelle de l’amour et la lueur de l’amitié.
Bonne et heureuse année !

Ma ville natale(2)

(La gare de Midelt  vers 1920,aujourd'hui ni gare ni train)
Midelt est une ville du Maroc, à la jonction des chaînes du Moyen Atlas et du Haut Atlas
 oriental et une commune urbaine de la province de Midelt. Suite au recensement de 2004, Midelt comptait 44 781habitants, et après recalcule, doit, en 2006, compter 45 530 personnes. Cette petite ville marocaine est depuis longtemps un grand centre agricole basé sur l’exploitation des pommiers, la ville est entourée par plusieurs villages agricoles, touristiques et des sites d’exploitation minérale.
Lorsque les almoravides voulaient étendre leurs pouvoir sur Sijlmassa, ils ont acheminé dans cette région de haute moulouya environ 120 000 hommes armés, ce qui leurs a permis de sauter le verrou et ouvrir le passage de Tizi n Telghemt.Trois siècles après, il est mentionné que cette région était habitée par les Beni hassen, ces mêmes beni hassen étaient menacés par d’autres arabes qui parcouraient le désert. La famine qu’eut connue le Maro…