Accéder au contenu principal

Un rendez-vous fantastique

Un rendez-vous fantastique


ATTENTION..! C’est n’importe quoi…Après cette phrase, je ne suis pas responsable de votre état psychique !



  Toujours au même endroit…Le café. J'y vais pour me reposer, écrire, réfléchir, échanger les idées. J’aime observer les gens et les écouter. La terrasse est l’endroit idéal pour les couples et sans doute pour moi aussi. Elle offre un tableau de la vie moderne qui m’émerveille par le charme des passants.
   En entrant, ce jour là, l'atmosphère est chaleureuse. J’entends des clients parler, d'autres  sont tranquillement installés entrain de lire leur  journal. La seule table libre et à côté d’un couple un peu silencieux, je crois que c’est leur premier rendez-vous. Pour ne pas les déranger,  je m’assoie en leur tournant le dos.
A ce  moment là, je sens une présence autour de moi, j’entends des voix. Oui des voix brouillées ! Des murmures incompréhensibles. J’arrive à peine à les déchiffrer. C’est comme les sons émis par un talkie-walkie. Parviennent-ils de mon oreillette Bluetooth ? Non je l’ai retirée. S’agit-il d’une hallucination ? Sûrement pas. Suis-je sous surveillance de la police ? Mon rythme cardiaque augmente à cette idée. Je tente de garder mon calme, je me concentre et les voix deviennent claires, une sensation étrange m’envahis, tel un songe d’aventure. 
-       Bonjour, dit une voix.
-       Bonjour, répond la deuxième voix.
-       Tu sais que j’ai attendu ce moment avec patience ?
-       Moi aussi  j’ai longtemps rêvé de cet instant. Je crois que cela fait trois mois qu’on planifie cette rencontre?
-       Oui, je me rappelle très bien du premier message reçu : « tu viendras longtemps marcher dans mes songes ».
-       J’avais l’habitude d’envoyer ce même sms, tard le soir, à des portables choisis au hasard.
-       D’habitude, je ne réponds pas à des personnes inconnues, mais cette nuit là, j’étais seule et j’avais besoin de parler à quelqu’un. En plus, le texto était bien réussi.
-       Merci, comment me trouves-tu ?
-       Je ne sais pas…Je m’attendais à ce que tu sois plus branché.
Plus la conversation avance, plus elle devienne intéressante. Au fond, ce petit jeu m’intrigue. Je vide ma tasse de café d’une traite. La deuxième voix hausse le ton.
-       Branché ! peut être non, mais viril et costaud c’est sûr. Je déteste les efféminés.
-       Un homme, un vrai, ne doit pas présenter seulement des atouts virils. Il peut vite devenir un macho, s’il ignore la part en lui d’amour et de douceur. Ce sont des qualités humaines et non féminines, les développer ne fera pas de toi un efféminé.
-       Je ne suis pas d’accord avec toi, ce que cherche une femme le plus, c’est le sentiment de sécurité. Le vrai homme c’est celui qui s’assume tel qu’il est et non celui qui est dans la peau d’un autre.
-       Je suis désolé de le dire, je suis venu avec une idée en tête, c’est de faire durer notre rencontre le plus longtemps possible, mais je crois que nous nous ne sommes pas sur la même longueur d’onde.
-       Ce n’est pas grave, il est vrai qu’on est toujours à la  recherche de  l’âme sœur. C'est-à-dire une personne qui sera  la  bonne personne, mais il suffit de voir autour de nous, c’est évidant de passer sa vie avec une seule personne.
-       Oui, mais ça fait du bien de croire ! Ça fait du bien de se dire que parmi les milliards d’âmes sœurs sur terre, il y en a une qui est la bonne.
-       Je  crois qu’on a tort de programmer cette rencontre ?
-       On peut annuler tout si tu veux.
-       Si les nouvelles technologies facilitent les rencontres, elles sont de plus en plus utilisées pour rompre une relation. Tu n’as qu’à couper la connexion pour faire part de ta décision.
Quelque chose comme un brouillage  interrompe la communication et me tire de mon état songeur. Dans l’espace de quelques secondes, la conversation reprend, cette fois avec les voix de mes voisins. Il parait que j’ai raté son début.  
-       Donc, si j’ai bien compris, tu as reçu le même message que moi  t’invitant à ce rendez-vous ? Le message que nous n’avons pas écrit, mais sa source est nos deux appareils. Conclue le jeune homme.
-       Oui c’est ça, mais qui pourrait nous jouer se tour ? S’interroge la jeune femme.

Ils se lèvent prestement et, sans me laisser le temps de réagir, tel un spectre, ils se fondent dans la foule et disparaissent.
S’agit-il d’un dérapage de la tablette et du Smartphone du couple ? Une chose est sûre, les androïdes ont une réelle emprise sur nos faits, nos gestes, voir sur nos propres vies. On peut même parler d’esclavage.
A cet instant, la sonnerie de mon téléphone retentit. Je sursaute, surpris par le bruit, puis je décroche, des voix brouillées m’annonce : « nous viendrons marcher dans tes songes ».

©Med octobre 2014


Commentaires

  1. SIMO bonsoir je repasse demain là je suis encore bien en retard car je rêve trop souvent
    Mais c'est très bien aussi
    gros bisous

    RépondreSupprimer
  2. SIMO bonsoir et bien un texte que j'ai beaucoup aimé et tu as de très belles idées et pour moi c'est vrai qu'un homme est une personne avec qui tu te sens en sécurité
    il peut être efféminé du moment qu'on se sent bien avec lui
    . les androïdes oui sont tellement rapide je trouve
    et je n'en ai pas
    je reste dans la simplicité si possible gros bisous

    RépondreSupprimer
  3. Moi ça ne risque pas de m'arriver, je n'ai pas de cellulaire. Bonne journée.

    RépondreSupprimer
  4. Qui n'as rien risque rien.Merci Solange.

    RépondreSupprimer
  5. Je te souhaite une belle année 2015 à toi et à ta famille.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Français d’origine marocaine Jean Reno .

Fan de Lino Ventura, fidèle à Luc Besson, Jean Reno se positionne désormais comme une valeur sûre et populaire dans le cinéma français. Ambitieux, il aura traversé les galères, accumulé les flops et finalement récolté deux des films français les plus populaires de leur temps dans sa carrière.

De son véritable nom Juan Moreno y Herrera Jimenez ou Juan Moreno Herrera, Jean Reno est né le 30 juillet 1948 à Casablanca, où ses parents, originaires d’Andalousie ont fin le régime de Franco, le jeune Reno suit les cours du conservatoire de Casablanca avant que la famille s’installe à Paris en 1970. Après avoir accompli son service militaire en Allemagne, Jean Reno, de retour en France, se lance dans une carrière de comédien, montant une troupe de théâtre avec Didier Flamand.
Il fait des apparitions remarquées dans des films tels que « Clair de femme » de Costa Gavras en 1979, « Le dernier compat » (1983) de Luc Besson. Sa collaboration avec ce dernier pour « Le grand bleu », « Nikita « ou enc…

Un beau coucher de 2016

Un beau coucher de 2016, photo prise par moi méme lors de ma promenade en famille à la plage de Rabat.
Que le chemin de l’année 2017 soit parsemé d’éclats de joie, de pétales de plaisir, qu’il soit éclairé par l’étincelle de l’amour et la lueur de l’amitié.
Bonne et heureuse année !

Ma ville natale(2)

(La gare de Midelt  vers 1920,aujourd'hui ni gare ni train)
Midelt est une ville du Maroc, à la jonction des chaînes du Moyen Atlas et du Haut Atlas
 oriental et une commune urbaine de la province de Midelt. Suite au recensement de 2004, Midelt comptait 44 781habitants, et après recalcule, doit, en 2006, compter 45 530 personnes. Cette petite ville marocaine est depuis longtemps un grand centre agricole basé sur l’exploitation des pommiers, la ville est entourée par plusieurs villages agricoles, touristiques et des sites d’exploitation minérale.
Lorsque les almoravides voulaient étendre leurs pouvoir sur Sijlmassa, ils ont acheminé dans cette région de haute moulouya environ 120 000 hommes armés, ce qui leurs a permis de sauter le verrou et ouvrir le passage de Tizi n Telghemt.Trois siècles après, il est mentionné que cette région était habitée par les Beni hassen, ces mêmes beni hassen étaient menacés par d’autres arabes qui parcouraient le désert. La famine qu’eut connue le Maro…