Accéder au contenu principal

Un rendez-vous fantastique

Un rendez-vous fantastique


ATTENTION..! C’est n’importe quoi…Après cette phrase, je ne suis pas responsable de votre état psychique !



  Toujours au même endroit…Le café. J'y vais pour me reposer, écrire, réfléchir, échanger les idées. J’aime observer les gens et les écouter. La terrasse est l’endroit idéal pour les couples et sans doute pour moi aussi. Elle offre un tableau de la vie moderne qui m’émerveille par le charme des passants.
   En entrant, ce jour là, l'atmosphère est chaleureuse. J’entends des clients parler, d'autres  sont tranquillement installés entrain de lire leur  journal. La seule table libre et à côté d’un couple un peu silencieux, je crois que c’est leur premier rendez-vous. Pour ne pas les déranger,  je m’assoie en leur tournant le dos.
A ce  moment là, je sens une présence autour de moi, j’entends des voix. Oui des voix brouillées ! Des murmures incompréhensibles. J’arrive à peine à les déchiffrer. C’est comme les sons émis par un talkie-walkie. Parviennent-ils de mon oreillette Bluetooth ? Non je l’ai retirée. S’agit-il d’une hallucination ? Sûrement pas. Suis-je sous surveillance de la police ? Mon rythme cardiaque augmente à cette idée. Je tente de garder mon calme, je me concentre et les voix deviennent claires, une sensation étrange m’envahis, tel un songe d’aventure. 
-       Bonjour, dit une voix.
-       Bonjour, répond la deuxième voix.
-       Tu sais que j’ai attendu ce moment avec patience ?
-       Moi aussi  j’ai longtemps rêvé de cet instant. Je crois que cela fait trois mois qu’on planifie cette rencontre?
-       Oui, je me rappelle très bien du premier message reçu : « tu viendras longtemps marcher dans mes songes ».
-       J’avais l’habitude d’envoyer ce même sms, tard le soir, à des portables choisis au hasard.
-       D’habitude, je ne réponds pas à des personnes inconnues, mais cette nuit là, j’étais seule et j’avais besoin de parler à quelqu’un. En plus, le texto était bien réussi.
-       Merci, comment me trouves-tu ?
-       Je ne sais pas…Je m’attendais à ce que tu sois plus branché.
Plus la conversation avance, plus elle devienne intéressante. Au fond, ce petit jeu m’intrigue. Je vide ma tasse de café d’une traite. La deuxième voix hausse le ton.
-       Branché ! peut être non, mais viril et costaud c’est sûr. Je déteste les efféminés.
-       Un homme, un vrai, ne doit pas présenter seulement des atouts virils. Il peut vite devenir un macho, s’il ignore la part en lui d’amour et de douceur. Ce sont des qualités humaines et non féminines, les développer ne fera pas de toi un efféminé.
-       Je ne suis pas d’accord avec toi, ce que cherche une femme le plus, c’est le sentiment de sécurité. Le vrai homme c’est celui qui s’assume tel qu’il est et non celui qui est dans la peau d’un autre.
-       Je suis désolé de le dire, je suis venu avec une idée en tête, c’est de faire durer notre rencontre le plus longtemps possible, mais je crois que nous nous ne sommes pas sur la même longueur d’onde.
-       Ce n’est pas grave, il est vrai qu’on est toujours à la  recherche de  l’âme sœur. C'est-à-dire une personne qui sera  la  bonne personne, mais il suffit de voir autour de nous, c’est évidant de passer sa vie avec une seule personne.
-       Oui, mais ça fait du bien de croire ! Ça fait du bien de se dire que parmi les milliards d’âmes sœurs sur terre, il y en a une qui est la bonne.
-       Je  crois qu’on a tort de programmer cette rencontre ?
-       On peut annuler tout si tu veux.
-       Si les nouvelles technologies facilitent les rencontres, elles sont de plus en plus utilisées pour rompre une relation. Tu n’as qu’à couper la connexion pour faire part de ta décision.
Quelque chose comme un brouillage  interrompe la communication et me tire de mon état songeur. Dans l’espace de quelques secondes, la conversation reprend, cette fois avec les voix de mes voisins. Il parait que j’ai raté son début.  
-       Donc, si j’ai bien compris, tu as reçu le même message que moi  t’invitant à ce rendez-vous ? Le message que nous n’avons pas écrit, mais sa source est nos deux appareils. Conclue le jeune homme.
-       Oui c’est ça, mais qui pourrait nous jouer se tour ? S’interroge la jeune femme.

Ils se lèvent prestement et, sans me laisser le temps de réagir, tel un spectre, ils se fondent dans la foule et disparaissent.
S’agit-il d’un dérapage de la tablette et du Smartphone du couple ? Une chose est sûre, les androïdes ont une réelle emprise sur nos faits, nos gestes, voir sur nos propres vies. On peut même parler d’esclavage.
A cet instant, la sonnerie de mon téléphone retentit. Je sursaute, surpris par le bruit, puis je décroche, des voix brouillées m’annonce : « nous viendrons marcher dans tes songes ».

©Med octobre 2014


Commentaires

  1. SIMO bonsoir je repasse demain là je suis encore bien en retard car je rêve trop souvent
    Mais c'est très bien aussi
    gros bisous

    RépondreSupprimer
  2. SIMO bonsoir et bien un texte que j'ai beaucoup aimé et tu as de très belles idées et pour moi c'est vrai qu'un homme est une personne avec qui tu te sens en sécurité
    il peut être efféminé du moment qu'on se sent bien avec lui
    . les androïdes oui sont tellement rapide je trouve
    et je n'en ai pas
    je reste dans la simplicité si possible gros bisous

    RépondreSupprimer
  3. Moi ça ne risque pas de m'arriver, je n'ai pas de cellulaire. Bonne journée.

    RépondreSupprimer
  4. Qui n'as rien risque rien.Merci Solange.

    RépondreSupprimer
  5. Je te souhaite une belle année 2015 à toi et à ta famille.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Murmures

Je dis murmures, et ton absence se mélange avec mes syllabes.

Je dis absence, et le temps s’écoule lentement sur le nocturlabe.

Je dis lune, et l’obscurité de ce manque raconte notre histoire.

Je dis passé, et le fardeau du temps entrave les pas de l’espoir.

Je dis présent, et le passé se balade souvent dans mes rêves.

Je dis réalité, et les songes sont l’unique issue vers la trêve.

Je dis refuge, et je pense à ces moments passés sous la lune.

Je dis pensée, et ton souvenir éveille ces éternelles rancunes.

Je dis bruit et ces murmures se mêlent au silence nocturne.


Med A.
Mars 2016

Midelt, avis de recherche!

J’ai besoin d’elle. Ça me rassure de savoir qu’elle est là, elle veille sur moi comme un ange gardien. Je n’envisage pas la vie sans elle. J’éprouve pour elle une inondation de passion. Jamais je n’ai imaginé me trouver dans cet état d’âme qu’on nomme, la nostalgie. Je me suis enfui et elle s’est enfuie en me laissant une légère brise de décembre. Je cherche son froid glacial et sa fraîcheur estivale. Je cherche cette sensation étrange que je ressens en la contemplant chaque matin de ma fenêtre. Je passe des nuits à rêver de cette musique que son vent me jouait en grattant les fils électriques. Je suis le seul à comprendre les mots qu’elle me chantait avec le grincement des fenêtres. Je vis dans l’espérance de me promener, à nouveau, avec elle et en elle dans ses sentiers, ses jardins, ses champs et ses ruisseaux. Je la retrouve de temps en temps, c’est vrai qu’elle est toujours magnifique malgré quelques interventions chirurgicales, mais elle n’est plus la même. D’ailleurs comme tout…

Une vie qui s’achève

Une brise trousse les cheveux de l’été, elle l’oblige à préparer ses bagages,
un reste de soleil s'appesantit, tandis que le ciel nous livre son dernier orage,
les baigneurs, à pas lourds, se précipitent comme les rescapés d’un naufrage,
et le bateau des amours estivaux prend le large vers de nouveaux rivages.
Le sable fait ses adieux aux parasols qui abritaient les chairs morbidesses,
les feuilles arrivent à maturité, roussissent et plongent dans une légère ivresse,
les écoliers reprennent le chemin de l’école avec enthousiasme et allégresse,
la toquade s’achève dès la fin de l’été, à présent on cède la plage à la sagesse.
Dans les bois couleur de sable, au long des sentiers mal dessinés et monotones, 
j’apprécie le spectacle d’une feuille folle qui nargue, tangue et bourdonne,
elle se sacrifie pour former un beau tapis roux, pauvre victime d’automne !
Des vies qui s’achèvent, des centaines d’âmes aux pieds des arbres rayonnent.

Med.A Septembre 2015