Accéder au contenu principal

Encore en retard !


    Hier soir, Sara est rentrée de la kermesse à minuit. Elle se réveille un peu tard ce matin ; elle se presse comme un inuit canadien qui éviterait de geler. Elle s’habille à la hâte, un peu kitsch. Sans prendre le temps de savourer son petit déjeuner, ouvre la porte et s’élance dans la rue. Un cycliste arrive juste quand elle sort, elle évite le choc de justesse. Elle l’a échappé belle. C’est normal, avec cet amalgame de charme pénétrant et d’yeux bleus fichés dans un teint de porcelaine, Sara trouble son entourage, mais elle a toujours fait profil bas.


     Au travail, la jeune femme se heurte aux brimades de sa directrice qui la cible sans cesse. S’elle est en retard encore, sans doute, elle sera virée. La pauvre n’a pas de chance. Elle ne sait pas ce qu’elle veut, une vie où elle a tout ou une vie où elle n’a rien. Une vie pour cueillir des bouquets de lilas sauvages ou une vie où il n’est jamais trop tard. Elle fait de son mieux, mais le temps et ses horloges sont contre elle, il s’écoule tel du sable entre ses doigts.

     Ces derniers temps, les insomnies, elle en a trop souffert. Au début, elle a visité son médecin, fait des analyses, mais tout est normal. Ensuite, elle a pensé à ces histoires lues sur ce wiki spécialisé dans la sorcellerie, par précaution elle a jeté des petits objets d’Afrique et surtout ce gris-gris qu’un marabout lui a offert. 

    Malgré son retard, elle a dû perdre encore quelques minutes en allant chercher son magazine préféré, Le vendeur de journaux vient tout juste d’ouvrir son kiosque. Pourtant, il ouvre souvent à 7h pile. Sur le chemin son regard croise un voisin. « Bravo ! C’est trop tôt aujourd’hui. » Lui lance –t-il.

   7h40 à l’arrêt du bus, elle remarque qu’il n’y a presque personne. « Nous sommes lundi je crois ?» S’interroge-t-elle. Elle lui faut 30 minutes pour arriver au travail. Elle sera encore en retard, mais Sara a acquis avec les retards cette zénitude qui lui permet, dans des situations pareilles, de garder son calame.

   Sa montre affiche 8h20, Sara est devant l’agence de pub, la porte est fermée. Elle cherche le portable pour s’assurer de l’heure. Elle plonge la main dans le sac. Elle a touché quelque chose d’autre… C’est le gris-gris ! La sérendipité est si inattendue qu’elle demeure comme paralysée.

   Sur son portable il est 7h 20. Le passage à l’heure d’hiver s’est déroulé dans la nuit du samedi au dimanche.

©Med décembre 2014


Cette nouvelle est ma participation à la proposition d'écriture proposer par Nicole Loyet ,que je salut, à l'atelier "Tisser les mots" ayant comme sujet: "Dis-moi dix mots... que tu accueilles" . A savoir que chaque année, le Concours des dix mots, piloté par le ministère de l’Éducation nationale, en partenariat avec les ministères de la Culture, des Affaires étrangères et de l’Agriculture, invite les classes à réaliser collectivement une production artistique ou littéraire reposant sur un travail linguistique à partir de dix mots.

Commentaires

  1. SIMO bonjour je repasse lire ton texte sur cette femme qui n'a pas de chance un peu comme moi bisous

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour Simo !
    Je repasse demain, je n'ai pas le temps ce matin.

    RépondreSupprimer
  3. Ah ! Les changements d'heure sont la raison de bien des retards ou d'avance.
    Un jour que nous avions rencontrés des amis en ville un dimanche matin, ceux ci était tout contents d'être en avance pour une fois pour faire leurs courses du dimanche matin. Ils trouvaient que pour l'heure qu'il croyaient qu'il était, il y avait beaucoup de monde en ville. Il avait fallu changer d'heure pendant la nuit. Ils pensaient qu'il était 10 heures alors qu'il était Midi.
    A bientôt, Simo !

    RépondreSupprimer
  4. SIMO bonsoir me revoici je suis désolée mais tant à faire en ce moment
    changer l'heure et bien pour moi pas de changement car mon père m'a toujours dit d'être toujours un peu en avance et je suis encore ses conseils
    de belles lignes SIMO tu as raison de parler en écrivant gros bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est pas grave France tu viens de le dire "tu es toujours un peu en avance ici sur le blog .Merci

      Supprimer
  5. SIMO je viens te dire bonjour avec ici un beau soleil et j'espère que tu le vois aussi gros bisous

    RépondreSupprimer
  6. Ce sont des choses qui arrivent quand on est distrait, c'est juste drôle quand ça ne porte pas à conséquence.Bravo pour le texte.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Midelt, avis de recherche!

J’ai besoin d’elle. Ça me rassure de savoir qu’elle est là, elle veille sur moi comme un ange gardien. Je n’envisage pas la vie sans elle. J’éprouve pour elle une inondation de passion. Jamais je n’ai imaginé me trouver dans cet état d’âme qu’on nomme, la nostalgie. Je me suis enfui et elle s’est enfuie en me laissant une légère brise de décembre. Je cherche son froid glacial et sa fraîcheur estivale. Je cherche cette sensation étrange que je ressens en la contemplant chaque matin de ma fenêtre. Je passe des nuits à rêver de cette musique que son vent me jouait en grattant les fils électriques. Je suis le seul à comprendre les mots qu’elle me chantait avec le grincement des fenêtres. Je vis dans l’espérance de me promener, à nouveau, avec elle et en elle dans ses sentiers, ses jardins, ses champs et ses ruisseaux. Je la retrouve de temps en temps, c’est vrai qu’elle est toujours magnifique malgré quelques interventions chirurgicales, mais elle n’est plus la même. D’ailleurs comme tout…

Murmures

Je dis murmures, et ton absence se mélange avec mes syllabes.

Je dis absence, et le temps s’écoule lentement sur le nocturlabe.

Je dis lune, et l’obscurité de ce manque raconte notre histoire.

Je dis passé, et le fardeau du temps entrave les pas de l’espoir.

Je dis présent, et le passé se balade souvent dans mes rêves.

Je dis réalité, et les songes sont l’unique issue vers la trêve.

Je dis refuge, et je pense à ces moments passés sous la lune.

Je dis pensée, et ton souvenir éveille ces éternelles rancunes.

Je dis bruit et ces murmures se mêlent au silence nocturne.


Med A.
Mars 2016

Une vie qui s’achève

Une brise trousse les cheveux de l’été, elle l’oblige à préparer ses bagages,
un reste de soleil s'appesantit, tandis que le ciel nous livre son dernier orage,
les baigneurs, à pas lourds, se précipitent comme les rescapés d’un naufrage,
et le bateau des amours estivaux prend le large vers de nouveaux rivages.
Le sable fait ses adieux aux parasols qui abritaient les chairs morbidesses,
les feuilles arrivent à maturité, roussissent et plongent dans une légère ivresse,
les écoliers reprennent le chemin de l’école avec enthousiasme et allégresse,
la toquade s’achève dès la fin de l’été, à présent on cède la plage à la sagesse.
Dans les bois couleur de sable, au long des sentiers mal dessinés et monotones, 
j’apprécie le spectacle d’une feuille folle qui nargue, tangue et bourdonne,
elle se sacrifie pour former un beau tapis roux, pauvre victime d’automne !
Des vies qui s’achèvent, des centaines d’âmes aux pieds des arbres rayonnent.

Med.A Septembre 2015