Accéder au contenu principal

La clé rouillée














Il m’arrive parfois d’avoir pitié
Du prisonnier de la cage thoracique
Sous le mont chocolaté cardiotonique
De la plus belle fille du quartier.

Éveillé par la sonnette de charme
Je recherche la clé de ce corps,
Verrouillant ce cœur usé à tort,
Peint d’une couleur mauve parme,

J’aimerai y graver mon patronyme
Sur la stèle, en caractère florissant,
De cet organe fragile et languissant
Blessé par tant d’amants anonymes.

Je prends la clé de ce cœur docile,
Rouillée par le chagrin de l’adieu,
Il continue son spectacle radieux  
Comme une crevette fine et gracile.

©Med AA

janvier 2015                                          

Commentaires

  1. Quel beau poème, Simo !
    J'aime bien la première strophe.
    Bel écrit !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Claude pour le passage,bonne journée.

      Supprimer
  2. C'est un beau poème, félicitations.

    RépondreSupprimer
  3. SIMO bonjour elles sont très belles tes lignes tu dois continuer d'écrire pour nous
    je t'embrasse

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui France je participe à un atelier d'écriture,merci pour les encouragements.je t'embrasse aussi.

      Supprimer
  4. JE viens te dire bonsoir et j'espère que tu as bien
    demain il faut retourner au lycée oui et je serai bien resté au lit tu sais
    bisous SIMO

    RépondreSupprimer
  5. UN atelier d'écriture c'est superbe je trouve SIMO

    RépondreSupprimer
  6. COUCOU SILO c'est sous la pluie que je passe te dire bonjour

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

La femme amazigh (bérbère).

La femme amazigh a su a travers l’histoire sauvegarder l’héritage culturel de notre peuple amazigh.Elle était en quelque sorte la garante d’une pérennité des traditions et coutumes de génération en génération. La grande mère était vraisemblablement l’école numéro 1 qu’affrontaient les nouvelles générations. Sa mémoire s’étendait bien à des éphémérides vielles des siècles qu’aux détails d’une vie que menaient imazighen en communauté.Elle animait les longues veillées hivernales aux travers de la narration de contes merveilleux et de légendes devant un auditoire multigénérationnel. Elle participeait activement aux différentes activités agricoles qui rythment la vie villageoise: ramassage de olives, cueillette de figues, entretien des jardins potagers, entretien des animaux de la basse-cour en plus, évidemment, de toutes les taches domestiques; cuisine, lessive et éducation des enfants...


Actuellement encore, elle continue à jouer ce rôle dans les compagnes et monts , mais dans l…

Le tajine marocain.

Comme le couscous le tajine est le plat traditionnel par excellence du Maroc, Il faut dire que ce mot magique est évocateur des parfums du Maghreb, c’est toujours une invitation à l’évasion et au voyage. Il tient bien son nom de l’ustensile typique en terre vernissée où non dans lequel on le cuit lentement au charbon de bois.









   ( mes deux  tajine)

Cuisiné avec un élément de base (boeuf, agneau, volaille ou poisson), Ce ragout rustique est complété selon l’humeur ou le marché, le tajine est une aubaine pour toute cuisinière dotée d’un peu de talent et d’imagination. Il peut se préparer avec toute sortes d’ingrédients, le tour de main restant à peu prés toujours le même.

Chaque cuisinière marocaine à sa recette, variations autour d’un ragout de viande ou de poisson accompagné de légumes ou même des fruits secs. Il faut veiller à bien parfumer l’ensemble ; Les épices et les aromates restent les éléments qui confèrent au tajine ce gout d’ailleurs qui le différencie d’un ragout ordinaire.…

Ça bosse..!

Voici  l'histoire drôle, racontée par notre amie Claude , d'un dromadaire qui salut un chameau.