Accéder au contenu principal

Conseils de jardinage pour le printemps.

Semez les plantes qui protègent le jardin : Capucines, Comos, Œillet d’Inde, Soucis, Bourrache. Disposez les dans le potager. Elles aident à la bonne croissance des légumes. Elles repoussent certains parasites du sol et attirent les auxiliaires.

Les arbres fruitiers se réveillent. Ils auront besoin de beaucoup d’énergie. C’est le moment de les nourrir. Epandez du compost au pied des arbres et à l’aplomb de la couronne des branches. Les fourmis propagent les pucerons dans les arbres fruitiers. Disposez sur les troncs des bracelets englués pour freiner leur ardeurs.

Contrôlez les mauvaises herbes : pour nettoyer efficacement votre terrain avant les semis ou les repiquages, préparez votre planche comme pour des semis, arrosez et attendez 15 jours à 3 semaines. Les graines indésirables germeront et vous pourrez aisément les éliminer au râteau ou à l’aide d’une griffe. Votre terre est propre et prête à recevoir les cultures définitives. Organisez vous pour etre dans les temps.

Mettre du compost au bon moment. Au printemps mettre du compost bien décomposé entre les cultures (semis et repiquages), puis le recouvrir de paille ou de gazon séché. L’humus est fragile, il n’aime pas le soleil direct ; sous le gazon, il sera disponible pour vos plantes sans se dégrader.

Semez en pleine terre : carottes, cerfeuil, chou, épinard, navet, panais, persil, poireaux, radis, pois. Ne semez pas trop profond et recouvrez vos graines de compost fin bien décomposé. De couleur sombre : il réchauffera vos graines, il évitera le croutage du sol, il gardera l’humidité en surface. Le fond de l’air est frais, recouvrez de P17 ou voile.

Semis : pour bien semer, semez peu à la fois ; échelonnez vos semis tous les 15 jours à 3 semaines. Ceci est valable pour les salades, carottes, courgettes, haricots, cerfeuil, roquette, radis … des légumes à cycle court. C’est la base pour récolter des légumes régulièrement sans surproduction ni manque.

Prairie fleurie et papillons Ne devenez plus esclave de la tondeuse. Laissez vos prairies fleurir. Fauchez une fois par an pour le plus grand plaisir des insectes auxiliaire du jardin, des oiseaux, des papillons très menacées. Votre gazon abrite de nombreuse espèces de fleurs sauvages qui vont nourrir et abriter vos meilleurs alliés. Ne tondez que les passages et circulations.



Commentaires

  1. BONJOUR merci j'adore être dans mon jardin je me sens si tranquille enfin en contact direct avec cette belle nature

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Murmures

Je dis murmures, et ton absence se mélange avec mes syllabes.

Je dis absence, et le temps s’écoule lentement sur le nocturlabe.

Je dis lune, et l’obscurité de ce manque raconte notre histoire.

Je dis passé, et le fardeau du temps entrave les pas de l’espoir.

Je dis présent, et le passé se balade souvent dans mes rêves.

Je dis réalité, et les songes sont l’unique issue vers la trêve.

Je dis refuge, et je pense à ces moments passés sous la lune.

Je dis pensée, et ton souvenir éveille ces éternelles rancunes.

Je dis bruit et ces murmures se mêlent au silence nocturne.


Med A.
Mars 2016

Midelt, avis de recherche!

J’ai besoin d’elle. Ça me rassure de savoir qu’elle est là, elle veille sur moi comme un ange gardien. Je n’envisage pas la vie sans elle. J’éprouve pour elle une inondation de passion. Jamais je n’ai imaginé me trouver dans cet état d’âme qu’on nomme, la nostalgie. Je me suis enfui et elle s’est enfuie en me laissant une légère brise de décembre. Je cherche son froid glacial et sa fraîcheur estivale. Je cherche cette sensation étrange que je ressens en la contemplant chaque matin de ma fenêtre. Je passe des nuits à rêver de cette musique que son vent me jouait en grattant les fils électriques. Je suis le seul à comprendre les mots qu’elle me chantait avec le grincement des fenêtres. Je vis dans l’espérance de me promener, à nouveau, avec elle et en elle dans ses sentiers, ses jardins, ses champs et ses ruisseaux. Je la retrouve de temps en temps, c’est vrai qu’elle est toujours magnifique malgré quelques interventions chirurgicales, mais elle n’est plus la même. D’ailleurs comme tout…

Une vie qui s’achève

Une brise trousse les cheveux de l’été, elle l’oblige à préparer ses bagages,
un reste de soleil s'appesantit, tandis que le ciel nous livre son dernier orage,
les baigneurs, à pas lourds, se précipitent comme les rescapés d’un naufrage,
et le bateau des amours estivaux prend le large vers de nouveaux rivages.
Le sable fait ses adieux aux parasols qui abritaient les chairs morbidesses,
les feuilles arrivent à maturité, roussissent et plongent dans une légère ivresse,
les écoliers reprennent le chemin de l’école avec enthousiasme et allégresse,
la toquade s’achève dès la fin de l’été, à présent on cède la plage à la sagesse.
Dans les bois couleur de sable, au long des sentiers mal dessinés et monotones, 
j’apprécie le spectacle d’une feuille folle qui nargue, tangue et bourdonne,
elle se sacrifie pour former un beau tapis roux, pauvre victime d’automne !
Des vies qui s’achèvent, des centaines d’âmes aux pieds des arbres rayonnent.

Med.A Septembre 2015