Accéder au contenu principal

Sur le chemin de l'école

Le chemin que je parcours chaque jour pour aller au travail,comme vous pouvez le constater y a pas d'embouteillage!!!

Sur le chemin de la vie

Gérard Lenorman


Sur le chemin de l'école,
Nous avions douze ou treize ans,
Cheveux blond et têtes folles,
Nous parlions comme des grands.
Nous avions la tête pleine
De jolis projets
Moi j'avais pour Madeleine
Un tendre secret.

Dites-moi ce qui m'entraîne,
Dites-moi d'où vient le vent
Où s'en vont ceux que l'on aime,
Dites-moi ce qui m'attend,
Où s'en vont ceux que l'on aime,
Dites-moi ce qui m'attend.

Sur le chemin de la vie
Nous nous sommes séparés,
Chacun son jeu, sa partie,
J'ai dépensé sans compter
Les amis, l'argent, les filles
Et puis mes vingt ans,
Je n'ai pour toute famille
Qu'un petit enfant.

Dites-moi ce qui m'entraîne,
Dites-moi d'où vient le vent
Où s'en vont ceux que l'on aime,
Dites-moi ce qui m'attend,
Où s'en vont ceux que l'on aime,
Dites-moi ce qui m'attend.

Sur le chemin de l'école,
Quand j'irai t'accompagner,
Je t'en donne ma parole,
Je saurai te protéger,
Je t'offrirai des voyages,
Une jolie maison,
Je t'apprendrai le langage
Des quatre saisons.

Dites-moi ce qui m'entraîne,
Dites-moi d'où vient le vent
Où s'en vont ceux que l'on aime,
Dites-moi ce qui m'attend,
Où s'en vont ceux que l'on aime,
Dites-moi ce qui m'attend.
                                                                source
 






Commentaires

  1. Un chemin sans embouteillages - un rêve!

    RépondreSupprimer
  2. C'est le désert? Ton école elle est dans un petit village? C'est loin de chez-toi? J'ai beaucoup de questions je ne connais pas du tout ton pays.

    RépondreSupprimer
  3. Cou cou
    Je suis revenue en Argentine et sur ton blog:)
    Bon week end
    Elisa

    RépondreSupprimer
  4. @Hpy : merci pour le passage.

    @Solange :oui c'est dans un petit village à 18 km de la ville où j'habite, ce n'est pas le désert on dirai le début du désert,merci.pour les question je suis prêt à te rependre,tu peut me contacter par mail.

    @Elisa :merci et bon weekend.

    RépondreSupprimer
  5. Un bien joli paysage pour aller travailler...

    RépondreSupprimer
  6. je ne connais pas cette chanson mais j'adore tes photos SIMO

    RépondreSupprimer
  7. Le chemin de l'école est assez loin mais je vois le tien de chemin. IL est magique et magifique de toute beauté. Je pense que c'est agréable de le prendre
    SIMO merci pour ce superbe partage

    RépondreSupprimer
  8. Merci FRANCE et FLO pour votre fidélité au blog, je vous souhaite un bon weekend.

    RépondreSupprimer
  9. Grande photos que j'aime, quelques beaux cadres. Ceux de l'ombre doit être fait le matin quand vous allez à l'école. Comment belle façon et que la paix et la tranquillité doivent être du voyage. Salutations

    RépondreSupprimer
  10. Salut Simo,

    Tu as bien de la chance d'avoir un décors aussi somptueux. Pour les uns, comme moi, ils représente, l'exotisme, pour les autres, comme toi, le quotidien. Nous ne sommes jamais trop entouré des merveilles de la Nature. Fasse que tes yeux ne s'en fatiguent jamais et que ton émerveillement d'enfant t'accompagne toute ta vie. Inch Allah
    Bien amicalement,

    Roger

    RépondreSupprimer
  11. Bonjour et encore merci tu sais pourquoi.
    Il pleut encore donc que faire je me le demande bien.
    Je vais faire le café tu passes ?

    RépondreSupprimer
  12. En effet! Quelle chance d'avoir un tel paysage tranquille! Bonne fin de WE!

    RépondreSupprimer
  13. *** Hello Simo !!!!!! Merci pour tes passages chez moi durant mon absence ! :o) J'adore tes photos !! et cette chanson de Gérard Lenorman les accompagne à merveille. Merci à toi et bon mercredi ! :o) BISOUS ! ***

    RépondreSupprimer
  14. Bonjour et bien ce matin j'ai bien trop de mal pour passer sur les blogs.
    Mais je suis bien chez toi et je te souhaite une bonne journée

    RépondreSupprimer
  15. *** Bonjour Simo !!! Je passe chez toi et je t'embrasse bien fort ! Bon jeudi à toi ! :o) ***

    RépondreSupprimer
  16. Leovi,Roger, Sylvie ,✿ ♥ France ✿ ✿ ,♠ ♠ ♠ Nancy ♠ ♠ ♠ ,13ELFI
    merci pour votre passage chez moi.

    RépondreSupprimer
  17. Simo bonjour je vais chercher FLO mais je repasse ensuite
    ok!

    RépondreSupprimer
  18. dsl France, je quitte vite le blog, bon fin de semaine.

    RépondreSupprimer
  19. *** Juste avant le week-end je viens ta saluer Simo ! :o) GROS BISOUS et bonne journée à toi !!! ***

    RépondreSupprimer
  20. Je viens te dire bonjour et je te souhaite une belle journée

    RépondreSupprimer
  21. Simo bonjour je me leve à peine lol
    Je pense que tu vas bien. Mais que fais tu ce jour:
    Bye

    RépondreSupprimer
  22. bon wekend Nancy et SANDRA.

    @FRANCE: ce samedi est un jour férié chez nous alors pas de classe, j'ai passer la matinée au café avec les amis.

    RépondreSupprimer
  23. Simo.

    Jetez s'il vous plais, un oeil sur mon blog * béatrice De*. Je vous y invite à participer au questionnaire du relais de l'amitié. Cliquez dans les commentaires, sous Sapphire, vous aurez la manière de procéder. Au bas du poste, les invités... d'honneur ! Les personnes pourront cliquer sur les noms et atterrir dans leurs blogs. Pas mal la pub, non ?
    Je m'intéresse à vos souvenirs d'enfance. dues à une autre culture. Si vous ne vous en souvenez pas bien, des souvenirs plus récents seront aussi intéressants. Voyez les réponses au questionnaire, elle ne sortent pas toutes de la petite enfance et pour cause.

    Si vous n'êtes pas d'accord de participer, dites le moi, j'enlèverais votre nom, sans jugement.

    RépondreSupprimer
  24. La beauté du désert ! Mais, la beauté est-elle la même sur un chemin poussiéreux, où il faut parcourir des km avant d'enseigner, en pleine forme?

    Je suis allée dans le désert d'Algérie, il y a longtemps. Nous étions 2 4X4, chauffeurs Touaregs compris. Souvenir immémoriales.Tu peux voir des photos, sélectionnées, des peintures murales, en cliquant sur l'histoire des perles, dans la colonne de droite. Tu vas, à la fin du dernier poste des perles.( sauf erreur).

    RépondreSupprimer
  25. @ Beatrice : j'ai publier le post.merci pour le passage.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Murmures

Je dis murmures, et ton absence se mélange avec mes syllabes.

Je dis absence, et le temps s’écoule lentement sur le nocturlabe.

Je dis lune, et l’obscurité de ce manque raconte notre histoire.

Je dis passé, et le fardeau du temps entrave les pas de l’espoir.

Je dis présent, et le passé se balade souvent dans mes rêves.

Je dis réalité, et les songes sont l’unique issue vers la trêve.

Je dis refuge, et je pense à ces moments passés sous la lune.

Je dis pensée, et ton souvenir éveille ces éternelles rancunes.

Je dis bruit et ces murmures se mêlent au silence nocturne.


Med A.
Mars 2016

Midelt, avis de recherche!

J’ai besoin d’elle. Ça me rassure de savoir qu’elle est là, elle veille sur moi comme un ange gardien. Je n’envisage pas la vie sans elle. J’éprouve pour elle une inondation de passion. Jamais je n’ai imaginé me trouver dans cet état d’âme qu’on nomme, la nostalgie. Je me suis enfui et elle s’est enfuie en me laissant une légère brise de décembre. Je cherche son froid glacial et sa fraîcheur estivale. Je cherche cette sensation étrange que je ressens en la contemplant chaque matin de ma fenêtre. Je passe des nuits à rêver de cette musique que son vent me jouait en grattant les fils électriques. Je suis le seul à comprendre les mots qu’elle me chantait avec le grincement des fenêtres. Je vis dans l’espérance de me promener, à nouveau, avec elle et en elle dans ses sentiers, ses jardins, ses champs et ses ruisseaux. Je la retrouve de temps en temps, c’est vrai qu’elle est toujours magnifique malgré quelques interventions chirurgicales, mais elle n’est plus la même. D’ailleurs comme tout…

Une vie qui s’achève

Une brise trousse les cheveux de l’été, elle l’oblige à préparer ses bagages,
un reste de soleil s'appesantit, tandis que le ciel nous livre son dernier orage,
les baigneurs, à pas lourds, se précipitent comme les rescapés d’un naufrage,
et le bateau des amours estivaux prend le large vers de nouveaux rivages.
Le sable fait ses adieux aux parasols qui abritaient les chairs morbidesses,
les feuilles arrivent à maturité, roussissent et plongent dans une légère ivresse,
les écoliers reprennent le chemin de l’école avec enthousiasme et allégresse,
la toquade s’achève dès la fin de l’été, à présent on cède la plage à la sagesse.
Dans les bois couleur de sable, au long des sentiers mal dessinés et monotones, 
j’apprécie le spectacle d’une feuille folle qui nargue, tangue et bourdonne,
elle se sacrifie pour former un beau tapis roux, pauvre victime d’automne !
Des vies qui s’achèvent, des centaines d’âmes aux pieds des arbres rayonnent.

Med.A Septembre 2015