Accéder au contenu principal

Hors-la-loi


Depuis la mi-avril 2010, la presse française (France 24, Paris Match, Le Point, Le Figaro, Mediapart…), la presse algérienne (El Watan, Le Quotidien d’Oran, L’Expression…) et de nombreux blogs se sont fait l’écho d’une surprenante polémique à propos du film Hors-la-loi de Rachid Bouchareb.
Personne, ou presque, ne l’a encore vu ! Pourtant « Hors-la-loi », le film de Rachid Bouchareb qui représente l’Algérie au Festival de Cannes, provoque déjà la polémique. Plus exactement, les quelques minutes de l’ouverture, consacrée au massacre de Sétif, où le défilé en l’honneur de la victoire alliée tourne à l’émeute entre Européens et musulmans.
Une centaine de Français sont tués, les autorités françaises estiment à plus de 1 000 le nombre de manifestants morts. Cette première manifestation indépendantiste conduira à une répression sanglante avec des milliers de victimes algériennes.
Le député socialiste,qui est à l'origine de la polémique, a interpelé le ministre de la Culture à ce sujet. Ce dernier entend d'abord voir le film pour se faire une opinion avant de répondre. Le 21 mai, jour de la projection officielle, il est déjà prévu sur la Croisette une cérémonie en mémoire de « toutes les victimes de la guerre d'Algérie » à l'initiative de la sous-préfecture de Grasse.
L'ampleur de la polémique en désarçonne plus d'un. Dans Le Monde daté du mercredi 5 mai, l'un des historiens invités à la projection de l'objet du « délit », du délire, se demandait si le Festival le maintiendrait dans sa sélection. En réponse, Thierry Frémaux, délégué général répondait par : « Le Festival est souverain dans ses choix. »

Commentaires

  1. Salut et merci de ton passage par mon blog.
    Bienvenu à mon univers.
    Amitiés et à nous lire
    Elisa, Argentine

    RépondreSupprimer
  2. @Elisa: salut bienvenue ds mon blog.Amitiés

    RépondreSupprimer
  3. Bonjour Simo !
    Je ne suis pas au courant de cette polémique, pas encore.
    Je ne connais pas ce film ni ce massacre.
    J'étais très jeune quand la guerre d'Algérie s'est enfin terminée mais j'en fus bien contente.
    C'était une situation qui ne pouvait pas perdurer davantage. Ni pour le peuple Algérien ni pour nos soldats, surtout ceux du contingent.

    RépondreSupprimer
  4. En relisant ton texte, je me demande s'il s'agit bien de la guerre d'Algérie. Je vais faire des recherches.

    RépondreSupprimer
  5. Effectivement, je reviens de chez Wikipédia. Pas joli joli tout ça. Je me coucherai ce soir plus instruite. merci Simo !

    RépondreSupprimer
  6. @Claude :il s'agit bien d'Algérie,tu as raison c'était une situation qui ne pouvait pas perdurer davantage pour les deux.merci

    RépondreSupprimer
  7. Je peux difficilement commenter, j'étais assez éloingnée de ce conflit ,mais toutes les guerres et les tuerie m'indispose.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

La femme amazigh (bérbère).

La femme amazigh a su a travers l’histoire sauvegarder l’héritage culturel de notre peuple amazigh.Elle était en quelque sorte la garante d’une pérennité des traditions et coutumes de génération en génération. La grande mère était vraisemblablement l’école numéro 1 qu’affrontaient les nouvelles générations. Sa mémoire s’étendait bien à des éphémérides vielles des siècles qu’aux détails d’une vie que menaient imazighen en communauté.Elle animait les longues veillées hivernales aux travers de la narration de contes merveilleux et de légendes devant un auditoire multigénérationnel. Elle participeait activement aux différentes activités agricoles qui rythment la vie villageoise: ramassage de olives, cueillette de figues, entretien des jardins potagers, entretien des animaux de la basse-cour en plus, évidemment, de toutes les taches domestiques; cuisine, lessive et éducation des enfants...


Actuellement encore, elle continue à jouer ce rôle dans les compagnes et monts , mais dans l…

Midelt*

MIDELT *Malgré la distance qui nous sépare et le destin qui nous éloigne, Ilm’arrive souvent de voir ton image se placer devant moi. Dans mon cœur les battements montent en crescendo En songeant te revoir et palper à nouveau Les pommes de tes reliefs infinis. Sans Toi je ne suis qu’un étranger. *Midelt : ville marocaine, c’est ma ville natale. Copyright © Med AAZEROU  24/04/2014

Le tajine marocain.

Comme le couscous le tajine est le plat traditionnel par excellence du Maroc, Il faut dire que ce mot magique est évocateur des parfums du Maghreb, c’est toujours une invitation à l’évasion et au voyage. Il tient bien son nom de l’ustensile typique en terre vernissée où non dans lequel on le cuit lentement au charbon de bois.









   ( mes deux  tajine)

Cuisiné avec un élément de base (boeuf, agneau, volaille ou poisson), Ce ragout rustique est complété selon l’humeur ou le marché, le tajine est une aubaine pour toute cuisinière dotée d’un peu de talent et d’imagination. Il peut se préparer avec toute sortes d’ingrédients, le tour de main restant à peu prés toujours le même.

Chaque cuisinière marocaine à sa recette, variations autour d’un ragout de viande ou de poisson accompagné de légumes ou même des fruits secs. Il faut veiller à bien parfumer l’ensemble ; Les épices et les aromates restent les éléments qui confèrent au tajine ce gout d’ailleurs qui le différencie d’un ragout ordinaire.…