Accéder au contenu principal

Un projet pharaonique

D’un coût d'investissement estimé à 9 milliards de dollars, le projet marocain de l'énergie solaire s'inscrit dans le cadre de la stratégie énergétique nationale initiée par Sa Majesté le Roi Mohammed VI. Il est un levier de croissance pérenne et propre qui donnera une forte impulsion au développement économique et social du pays.
Ce projet d'envergure internationale vise la mise en place en 2020 d'une capacité de production électrique de 2.000 mégawatts sur cinq sites situés à Ouarzazate, Ain Bni Mathar, Foum Al Oued, Boujdour et Sebkhat Tah, sur une superficie totale de 10.000 ha.
Le projet marocain d’énergie solaire aura des retombées positives  dans la mesure où il contribuera à la réduction de la dépendance énergétique du Maroc de l’ordre de 12% en permettant ainsi d'économiser entre 500 et 700 millions de dollars sur le budget de l'Etat. Il contribuera également à la préservation de l'environnement, par la limitation des émissions des gaz à effet de serre, et à la lutte contre les changements climatiques. A terme, il permettra annuellement d'économiser en combustibles 1 million de Tonnes équivalent pétrole (TEP) et d'éviter l'émission de 3,7 millions de tonnes de CO2. En 2020, la production nationale des énergies renouvelables se répartira à égalité entre le solaire, l'éolien et l'hydraulique à raison de 14% chacun.
Le Maroc a la volonté et les moyens pour réussir ce projet d'envergure. Il ambitionne de devenir un acteur de référence dans le domaine de l’énergie solaire. En plus de la production électrique, ce projet englobe également la formation, l'expertise technique, la recherche-développement ainsi que la promotion d'une industrie solaire intégrée.
Le montage financier de ce projet fera appel aux partenariats publics-privés ciblés et équilibrés avec des acteurs de référence en la matière. Sa mise en œuvre sera confiée à une agence marocaine pour l'énergie solaire (Moroccan Agency for Solar Energy).
Cette agence assurera la supervision de toutes les études techniques, économiques et financières nécessaires à la concrétisation du programme pour mettre par la suite les projets qui seront retenus auprès des investisseurs en vue de leur développement. L'agence assurera également le pilotage de la mise en œuvre de l’ensemble du programme de l’énergie solaire. A travers cette structure dédiée, le Maroc voit très grand et très loin en mobilisant tous les moyens à même de réussir ce projet d’envergure mondiale.
Nul ne saurait ignorer que ce projet marocain de l’énergie solaire est plus qu’un projet énergétique, c’est un véritable levier de croissance. Avec ses 10.000 hectares occupés, il est considéré par les experts du domaine comme l’un des grands projets mondiaux. Très ambitieux et intégré, ce projet permettra un rayonnement du Maroc sur les plans régional et international avec l’exportation d’énergie  verte vers l’Europe à travers l’interconnexion Maroc-Espagne.
Par ailleurs, on ne manquera pas de souligner également que ce projet marocain de l'énergie solaire est en bonne intelligence avec son environnement. A l’ère de son temps, il s’inscrit dans la tendance internationale qui donne la part belle aux énergies renouvelables. En misant sur l’énergie solaire, le Maroc a fait le choix du développement propre et durable en parfaite symbiose avec les valeurs internationales les plus en vogue, notamment dans le cadre du processus de Copenhague.

Commentaires

  1. C'est un beau projet bon pour la croissance du pays Même si nous avons beaucoup d'électricité ici, plusieurs maisons sont chauffées à l'énergie solaire.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Murmures

Je dis murmures, et ton absence se mélange avec mes syllabes.

Je dis absence, et le temps s’écoule lentement sur le nocturlabe.

Je dis lune, et l’obscurité de ce manque raconte notre histoire.

Je dis passé, et le fardeau du temps entrave les pas de l’espoir.

Je dis présent, et le passé se balade souvent dans mes rêves.

Je dis réalité, et les songes sont l’unique issue vers la trêve.

Je dis refuge, et je pense à ces moments passés sous la lune.

Je dis pensée, et ton souvenir éveille ces éternelles rancunes.

Je dis bruit et ces murmures se mêlent au silence nocturne.


Med A.
Mars 2016

Midelt, avis de recherche!

J’ai besoin d’elle. Ça me rassure de savoir qu’elle est là, elle veille sur moi comme un ange gardien. Je n’envisage pas la vie sans elle. J’éprouve pour elle une inondation de passion. Jamais je n’ai imaginé me trouver dans cet état d’âme qu’on nomme, la nostalgie. Je me suis enfui et elle s’est enfuie en me laissant une légère brise de décembre. Je cherche son froid glacial et sa fraîcheur estivale. Je cherche cette sensation étrange que je ressens en la contemplant chaque matin de ma fenêtre. Je passe des nuits à rêver de cette musique que son vent me jouait en grattant les fils électriques. Je suis le seul à comprendre les mots qu’elle me chantait avec le grincement des fenêtres. Je vis dans l’espérance de me promener, à nouveau, avec elle et en elle dans ses sentiers, ses jardins, ses champs et ses ruisseaux. Je la retrouve de temps en temps, c’est vrai qu’elle est toujours magnifique malgré quelques interventions chirurgicales, mais elle n’est plus la même. D’ailleurs comme tout…

Une vie qui s’achève

Une brise trousse les cheveux de l’été, elle l’oblige à préparer ses bagages,
un reste de soleil s'appesantit, tandis que le ciel nous livre son dernier orage,
les baigneurs, à pas lourds, se précipitent comme les rescapés d’un naufrage,
et le bateau des amours estivaux prend le large vers de nouveaux rivages.
Le sable fait ses adieux aux parasols qui abritaient les chairs morbidesses,
les feuilles arrivent à maturité, roussissent et plongent dans une légère ivresse,
les écoliers reprennent le chemin de l’école avec enthousiasme et allégresse,
la toquade s’achève dès la fin de l’été, à présent on cède la plage à la sagesse.
Dans les bois couleur de sable, au long des sentiers mal dessinés et monotones, 
j’apprécie le spectacle d’une feuille folle qui nargue, tangue et bourdonne,
elle se sacrifie pour former un beau tapis roux, pauvre victime d’automne !
Des vies qui s’achèvent, des centaines d’âmes aux pieds des arbres rayonnent.

Med.A Septembre 2015