Accéder au contenu principal

Souvenir d'enfance (1)

Sur la route de l’école j’ai remarquer que le blé est jaune et que les paysans commencent la moisson traditionnel car les champs sont très petits donc impossible d’utiliser une moissonneuse-batteuse, on utilise seulement une batteuse comme celle-ci.





C’est ainsi que le souvenir du jour du battage me reviens en tète.
Le matin du jour du battage, le dimanche en générale pour nous car mon père ne travaillait pas , on prend son petit déjeuner et on commence par éparpiller les gerbes de blé sur toute la surface de l'aire de battage( Anrar en Amazigh), et on attendra jusqu'à une heure avancée de la matinée, pour commencer le battage. On doit patienter jusqu'à ce que le soleil sèche les gerbes mouillées par l’humidité du matin; elles seront ainsi plus facile à battre !vers 10h ,les mulets où les ânes pour certain selon la quantité du blé et le niveau social , plus de dix parfois, sont reliés par des cordes fabriquées à partir des poils de chèvre, l'un à l'autre par le cou puis ils sont placés en ligne de façon à les faire tourner en cercle.



Le mulet qui va servir de pivot, tenu par un des hommes, va tourner sur place, ses déplacements étant donc minimes, ceux des lignes extérieures courent en cercle à toute allure pour casser les gerbes de blé avec leurs sabots ferrés. Quand le meneur sent la fatigue le vaincre, et que tout le monde juge qu'il est temps de le relever, on change le sens de la course circulaire de l'attelage. Le mulet qui se trouvait à l'extérieur, devient alors pivot à son tour pour le reposer, et la course reprend, avec un autre meneur qui se propose de lui-même. Le manège durera ainsi pendant des heures, avec les encouragements, des fois les moqueries de la troupe, jusqu'à ce que le blé soit transformé en fétus de paille de quelques centimètres, et que tous les épis soient égrenés et débarrassés de leur enveloppe .Quand on juge que la phase de battage doit prendre fin, les mulets sont dételés puis attachés aux arbres sous l’ombre pour se rafraichir pendant deux heures au moins, car avec la chaleur à force de tourner le fait de boire égale la mort de ces pauvre bêtes, avant que moi et mon frère on les amène à la source pour boire,. Suite à cela, on les lâche dans le champ où ils broutent les herbes, en glanant également les épis de blé tombés sur le champ pendant la moissonne. Entre temps, l e reste de l'équipe amasse le blé battu en un seul tas au milieu de l'aire de battage, en préparation de la phase de la séparation de la paille ,de la balle et de la graine.

                                                                                                               A suivre ...

Commentaires

  1. ca doit etre a voir,merci de l expose ;O)

    Bon w end

    RépondreSupprimer
  2. C'est un travail titanesque, pour les bêtes et pour les hommes. Les cultivateurs ont toujours travaillés très dur.

    RépondreSupprimer
  3. Cou cou,
    Quel beau paysage de campagne... Mais pas précisément bucolique, sinon un paysage « de travail » sous le soleil. J´ai beaucoup aimé
    Passe une belle journée :)
    Amicalement
    Elisa en Argentina

    RépondreSupprimer
  4. Nous sommes encore loin de la moisson, mais le blé d'hiver commence en effet de changer de couleur. Pas de jaunir, mais de devenir d'un vert différent.

    RépondreSupprimer
  5. Lorsque j'avais 9 ans j'étais en vances chez des amis de mes grand-parents et nous avions fait la moisson. Il y avait une faucheuse qui faisait aussi des gerbes (si j'ai bonne mémoire)et nous devions fait des tas de gerbes pour le rammassage. Dans la cour de la maison il y avait une énorme batteuse auprès de laquelle une table était dressée afin que tous les travailleurs puissent manger et boire un coup à la fête des moissons.
    J'aime bien la moisson au Maroc.

    RépondreSupprimer
  6. Quand je disais que j'aime bien la moisson au Maroc, je faisais référence à la batteuse mécanique, mais ce matin je repaase pour lire tes explications sur la battage avec les bêtes les bêtes, c'est assez impressionnant. Je ne connaissais pas du tout ce mode de battage.

    RépondreSupprimer
  7. Bonjour j'adore ta photo de blé elle est magique je trouve
    Bonne journée trop à faire

    RépondreSupprimer
  8. joli souvenir.. pour moi aussi.. merci!

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

La femme amazigh (bérbère).

La femme amazigh a su a travers l’histoire sauvegarder l’héritage culturel de notre peuple amazigh.Elle était en quelque sorte la garante d’une pérennité des traditions et coutumes de génération en génération. La grande mère était vraisemblablement l’école numéro 1 qu’affrontaient les nouvelles générations. Sa mémoire s’étendait bien à des éphémérides vielles des siècles qu’aux détails d’une vie que menaient imazighen en communauté.Elle animait les longues veillées hivernales aux travers de la narration de contes merveilleux et de légendes devant un auditoire multigénérationnel. Elle participeait activement aux différentes activités agricoles qui rythment la vie villageoise: ramassage de olives, cueillette de figues, entretien des jardins potagers, entretien des animaux de la basse-cour en plus, évidemment, de toutes les taches domestiques; cuisine, lessive et éducation des enfants...


Actuellement encore, elle continue à jouer ce rôle dans les compagnes et monts , mais dans l…

Midelt*

MIDELT *Malgré la distance qui nous sépare et le destin qui nous éloigne, Ilm’arrive souvent de voir ton image se placer devant moi. Dans mon cœur les battements montent en crescendo En songeant te revoir et palper à nouveau Les pommes de tes reliefs infinis. Sans Toi je ne suis qu’un étranger. *Midelt : ville marocaine, c’est ma ville natale. Copyright © Med AAZEROU  24/04/2014

Le tajine marocain.

Comme le couscous le tajine est le plat traditionnel par excellence du Maroc, Il faut dire que ce mot magique est évocateur des parfums du Maghreb, c’est toujours une invitation à l’évasion et au voyage. Il tient bien son nom de l’ustensile typique en terre vernissée où non dans lequel on le cuit lentement au charbon de bois.









   ( mes deux  tajine)

Cuisiné avec un élément de base (boeuf, agneau, volaille ou poisson), Ce ragout rustique est complété selon l’humeur ou le marché, le tajine est une aubaine pour toute cuisinière dotée d’un peu de talent et d’imagination. Il peut se préparer avec toute sortes d’ingrédients, le tour de main restant à peu prés toujours le même.

Chaque cuisinière marocaine à sa recette, variations autour d’un ragout de viande ou de poisson accompagné de légumes ou même des fruits secs. Il faut veiller à bien parfumer l’ensemble ; Les épices et les aromates restent les éléments qui confèrent au tajine ce gout d’ailleurs qui le différencie d’un ragout ordinaire.…