Accéder au contenu principal

Souvenir d'enfance (1)

Sur la route de l’école j’ai remarquer que le blé est jaune et que les paysans commencent la moisson traditionnel car les champs sont très petits donc impossible d’utiliser une moissonneuse-batteuse, on utilise seulement une batteuse comme celle-ci.





C’est ainsi que le souvenir du jour du battage me reviens en tète.
Le matin du jour du battage, le dimanche en générale pour nous car mon père ne travaillait pas , on prend son petit déjeuner et on commence par éparpiller les gerbes de blé sur toute la surface de l'aire de battage( Anrar en Amazigh), et on attendra jusqu'à une heure avancée de la matinée, pour commencer le battage. On doit patienter jusqu'à ce que le soleil sèche les gerbes mouillées par l’humidité du matin; elles seront ainsi plus facile à battre !vers 10h ,les mulets où les ânes pour certain selon la quantité du blé et le niveau social , plus de dix parfois, sont reliés par des cordes fabriquées à partir des poils de chèvre, l'un à l'autre par le cou puis ils sont placés en ligne de façon à les faire tourner en cercle.



Le mulet qui va servir de pivot, tenu par un des hommes, va tourner sur place, ses déplacements étant donc minimes, ceux des lignes extérieures courent en cercle à toute allure pour casser les gerbes de blé avec leurs sabots ferrés. Quand le meneur sent la fatigue le vaincre, et que tout le monde juge qu'il est temps de le relever, on change le sens de la course circulaire de l'attelage. Le mulet qui se trouvait à l'extérieur, devient alors pivot à son tour pour le reposer, et la course reprend, avec un autre meneur qui se propose de lui-même. Le manège durera ainsi pendant des heures, avec les encouragements, des fois les moqueries de la troupe, jusqu'à ce que le blé soit transformé en fétus de paille de quelques centimètres, et que tous les épis soient égrenés et débarrassés de leur enveloppe .Quand on juge que la phase de battage doit prendre fin, les mulets sont dételés puis attachés aux arbres sous l’ombre pour se rafraichir pendant deux heures au moins, car avec la chaleur à force de tourner le fait de boire égale la mort de ces pauvre bêtes, avant que moi et mon frère on les amène à la source pour boire,. Suite à cela, on les lâche dans le champ où ils broutent les herbes, en glanant également les épis de blé tombés sur le champ pendant la moissonne. Entre temps, l e reste de l'équipe amasse le blé battu en un seul tas au milieu de l'aire de battage, en préparation de la phase de la séparation de la paille ,de la balle et de la graine.

                                                                                                               A suivre ...

Commentaires

  1. ca doit etre a voir,merci de l expose ;O)

    Bon w end

    RépondreSupprimer
  2. C'est un travail titanesque, pour les bêtes et pour les hommes. Les cultivateurs ont toujours travaillés très dur.

    RépondreSupprimer
  3. Cou cou,
    Quel beau paysage de campagne... Mais pas précisément bucolique, sinon un paysage « de travail » sous le soleil. J´ai beaucoup aimé
    Passe une belle journée :)
    Amicalement
    Elisa en Argentina

    RépondreSupprimer
  4. Nous sommes encore loin de la moisson, mais le blé d'hiver commence en effet de changer de couleur. Pas de jaunir, mais de devenir d'un vert différent.

    RépondreSupprimer
  5. Lorsque j'avais 9 ans j'étais en vances chez des amis de mes grand-parents et nous avions fait la moisson. Il y avait une faucheuse qui faisait aussi des gerbes (si j'ai bonne mémoire)et nous devions fait des tas de gerbes pour le rammassage. Dans la cour de la maison il y avait une énorme batteuse auprès de laquelle une table était dressée afin que tous les travailleurs puissent manger et boire un coup à la fête des moissons.
    J'aime bien la moisson au Maroc.

    RépondreSupprimer
  6. Quand je disais que j'aime bien la moisson au Maroc, je faisais référence à la batteuse mécanique, mais ce matin je repaase pour lire tes explications sur la battage avec les bêtes les bêtes, c'est assez impressionnant. Je ne connaissais pas du tout ce mode de battage.

    RépondreSupprimer
  7. Bonjour j'adore ta photo de blé elle est magique je trouve
    Bonne journée trop à faire

    RépondreSupprimer
  8. joli souvenir.. pour moi aussi.. merci!

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Murmures

Je dis murmures, et ton absence se mélange avec mes syllabes.

Je dis absence, et le temps s’écoule lentement sur le nocturlabe.

Je dis lune, et l’obscurité de ce manque raconte notre histoire.

Je dis passé, et le fardeau du temps entrave les pas de l’espoir.

Je dis présent, et le passé se balade souvent dans mes rêves.

Je dis réalité, et les songes sont l’unique issue vers la trêve.

Je dis refuge, et je pense à ces moments passés sous la lune.

Je dis pensée, et ton souvenir éveille ces éternelles rancunes.

Je dis bruit et ces murmures se mêlent au silence nocturne.


Med A.
Mars 2016

Midelt, avis de recherche!

J’ai besoin d’elle. Ça me rassure de savoir qu’elle est là, elle veille sur moi comme un ange gardien. Je n’envisage pas la vie sans elle. J’éprouve pour elle une inondation de passion. Jamais je n’ai imaginé me trouver dans cet état d’âme qu’on nomme, la nostalgie. Je me suis enfui et elle s’est enfuie en me laissant une légère brise de décembre. Je cherche son froid glacial et sa fraîcheur estivale. Je cherche cette sensation étrange que je ressens en la contemplant chaque matin de ma fenêtre. Je passe des nuits à rêver de cette musique que son vent me jouait en grattant les fils électriques. Je suis le seul à comprendre les mots qu’elle me chantait avec le grincement des fenêtres. Je vis dans l’espérance de me promener, à nouveau, avec elle et en elle dans ses sentiers, ses jardins, ses champs et ses ruisseaux. Je la retrouve de temps en temps, c’est vrai qu’elle est toujours magnifique malgré quelques interventions chirurgicales, mais elle n’est plus la même. D’ailleurs comme tout…

Une vie qui s’achève

Une brise trousse les cheveux de l’été, elle l’oblige à préparer ses bagages,
un reste de soleil s'appesantit, tandis que le ciel nous livre son dernier orage,
les baigneurs, à pas lourds, se précipitent comme les rescapés d’un naufrage,
et le bateau des amours estivaux prend le large vers de nouveaux rivages.
Le sable fait ses adieux aux parasols qui abritaient les chairs morbidesses,
les feuilles arrivent à maturité, roussissent et plongent dans une légère ivresse,
les écoliers reprennent le chemin de l’école avec enthousiasme et allégresse,
la toquade s’achève dès la fin de l’été, à présent on cède la plage à la sagesse.
Dans les bois couleur de sable, au long des sentiers mal dessinés et monotones, 
j’apprécie le spectacle d’une feuille folle qui nargue, tangue et bourdonne,
elle se sacrifie pour former un beau tapis roux, pauvre victime d’automne !
Des vies qui s’achèvent, des centaines d’âmes aux pieds des arbres rayonnent.

Med.A Septembre 2015