Accéder au contenu principal

H1N1

Vous vous souvenez tous de cette « soi-disant » pandémie, la fameuse et terrible grippe H1N1 qui nous promettait mort et souffrance dans les mois suivant son annonce.

Cette fameuse grippe très dangereuse qui au final aura fait largement moins de victimes qu’une simple grippe saisonnière.

Pourtant, dans tous les pays, sur les recommandations de l’OMS il a été pratiqué à grande échelle une campagne de vaccination.

En faisant un peu travailler notre mémoire, on peut se souvenir que beaucoup de personnes du corps médicales avaient refusé de se faire vacciner en expliquant que cela était inutile.

Mais qui les a écoutés ?

Personne ! Pis encore, on les a obligés à se faire vacciner pour qu’il « montre l’exemple ».

Depuis un moment des personnes pointaient du doigt l’OMS qui aurait été conseillée par des experts en relation directe avec de grands groupes pharmaceutiques.

L’OMS s’était défendue et avait bien entendu nier en bloc parlant même de théorie fumeuses.

C’est n’est pourtant pas l’avis de l’APCE (Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe) qui pointe du doigt l’OMS dans un rapport que l’on peut jugé d’accablant.Paul Flynn parlementaire britannique qui est l’auteur du rapport explique que la pandémie n’a jamais vraiment existé. Il ponctue son rapport de phrases très fortes, il parle d’un « grave manque de transparence » de « peur injustifiée » de « gaspillage de fonds publics » … etc.

Autant dire que ce rapport qui sera débattu par les parlementaires des 47 États membres du Conseil de l’Europe le jeudi 24 juin à Strasbourg risque de faire encore beaucoup parler de lui.

On peut penser qu’une grande réforme des prises de décision de l’OMS va être au centre des débats, ainsi que les moyens à mettre en œuvre pour éloigner les grands groupes pharmaceutiques des décisions de l’OMS.

Ce qui reste très étonnant, c’est qu’il ait fallu un rapport pour que les états ouvrent les yeux, alors que la plupart des citoyens lambda avaient compris tout ça depuis fort longtemps!

Commentaires

  1. enfin quelques fois,pas pour tout mais bon...la prevention est plutot bonne mm si la ca a ete un couac..

    RépondreSupprimer
  2. Ce fut une grande fumisterie qui a couté très cher aux pays, bien orchestrée, il faut le préciser aussi, par les médias qui en ont fait des tonnes.
    Moi qui fait de l'asthme, j'ai reçu deux convocations : une pour la grippe normale, une seconde pour la grippe A.
    A laquelle crois-tu que je suis allée ?
    Seulement à la première.

    RépondreSupprimer
  3. C'est dommage tout ça, parce que ça enlève de la crédibilité et quand il y aura vraiment danger les gens n'y croiront pas.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

La femme amazigh (bérbère).

La femme amazigh a su a travers l’histoire sauvegarder l’héritage culturel de notre peuple amazigh.Elle était en quelque sorte la garante d’une pérennité des traditions et coutumes de génération en génération. La grande mère était vraisemblablement l’école numéro 1 qu’affrontaient les nouvelles générations. Sa mémoire s’étendait bien à des éphémérides vielles des siècles qu’aux détails d’une vie que menaient imazighen en communauté.Elle animait les longues veillées hivernales aux travers de la narration de contes merveilleux et de légendes devant un auditoire multigénérationnel. Elle participeait activement aux différentes activités agricoles qui rythment la vie villageoise: ramassage de olives, cueillette de figues, entretien des jardins potagers, entretien des animaux de la basse-cour en plus, évidemment, de toutes les taches domestiques; cuisine, lessive et éducation des enfants...


Actuellement encore, elle continue à jouer ce rôle dans les compagnes et monts , mais dans l…

Le tajine marocain.

Comme le couscous le tajine est le plat traditionnel par excellence du Maroc, Il faut dire que ce mot magique est évocateur des parfums du Maghreb, c’est toujours une invitation à l’évasion et au voyage. Il tient bien son nom de l’ustensile typique en terre vernissée où non dans lequel on le cuit lentement au charbon de bois.









   ( mes deux  tajine)

Cuisiné avec un élément de base (boeuf, agneau, volaille ou poisson), Ce ragout rustique est complété selon l’humeur ou le marché, le tajine est une aubaine pour toute cuisinière dotée d’un peu de talent et d’imagination. Il peut se préparer avec toute sortes d’ingrédients, le tour de main restant à peu prés toujours le même.

Chaque cuisinière marocaine à sa recette, variations autour d’un ragout de viande ou de poisson accompagné de légumes ou même des fruits secs. Il faut veiller à bien parfumer l’ensemble ; Les épices et les aromates restent les éléments qui confèrent au tajine ce gout d’ailleurs qui le différencie d’un ragout ordinaire.…

Ça bosse..!

Voici  l'histoire drôle, racontée par notre amie Claude , d'un dromadaire qui salut un chameau.