Accéder au contenu principal

Moi et le mondial.

Mes premiers souvenirs d’enfance sont liés au sport : les exploits de Noah à Roland Garros, la foulée majestueuse de Lewis, les coups francs magiques de Platini… En 1986, du haut de mes 8 ans, je m’ébaubissais du spectacle du Mundial au Mexique. Mes deux équipes de cœur y figuraient déjà :  le Maroc et la france.

Je construisais mon identité multiple, entre les deux rives de la Méditerranée. Je vibrais autant du génie de Timoumi,Zaki,Boudarbala,Krimou,Dolmi....  que Platini, Giresse, Genghini et Tigana.

Dans le dédale de mes souvenirs, impossible d’oublier 1998, où la France, portée par Lilian Thuram en demi-finale et Zinedine Zidane en finale, a soulevé le trophée chez elle. La victoire était en faveur de la France multiculturelle.J’ai autant pleuré lorsque le Maroc fut éliminée au terme du « match de la honte », où le Brisil et la Norvège se sont "arrangées" grace à l'arbitre du match pour arriver au score  qui  qualifiait la Norvège  malgré la victoire du Maroc face à l'Écosse 3-0.

Accro aux débordements de Ribéry, aux crochets de Messi, aux passements de jambes de Ronaldo… pendant un mois, je  reste scotché à mon téléviseur. Le sublime paradoxe de la vie fait que tous les quatre ans, un ballon rond m’ouvre les horizons de la terre et me… coupe du monde !

Commentaires

  1. Bonjour et merci de ta visite c'est très gentil de ta part.
    oui je me souviens bien de Noah aussi je regardais tout ces matchs une personne qui j'aime tj autant
    Bonne apres midi à toi

    RépondreSupprimer
  2. Je ne connais rien au soccer, mais je peux comprendre ton enthousiasme, ici c'est le hokey qui rend les gens fous.Bonne fin de coupe.

    RépondreSupprimer
  3. Bravo pour ce post, Simo !
    Tu te lance dans les jeux de mots aussiç, toi !
    Ah, 1998 ! Comment oublier ces matchs, les buts de Thuram, la qualif en fianle et la coupe !
    Et le défilé du 12 juillet sur les Champs Elysées !
    On a été nuls cette année, hein !

    RépondreSupprimer
  4. Mince, Simo, j'avais mis un long com et je ne le vois pas. j'ai du faire comme nos joueurs, me mélanger les crayons.
    Il faut rester sur l'année 1998 et puis c'est tout. On ne peut pas gagner à tous les coups, surtout avec la main ou un coup de boule. Il faut laisser la place aux équipes qui veulent jouer et surtout gagner.

    RépondreSupprimer
  5. je viens te dire bonjour j'espére que tu vas bien et que fais tu ?
    Bonne journée

    RépondreSupprimer
  6. dsl pour le retard de l'apparition des commentaires,j'étais ds un petit village où il n'y a pas de connexion internent. merci à vous tous.

    RépondreSupprimer
  7. OUi je vais bien merci un peu trop chaud mais je vais donc faire avec
    bye

    RépondreSupprimer
  8. Avais-tu prévu la finale entre l'Espagne et les Pays-Bas ?
    Les Allemands ont été trop prétentieux en se voyant déjà en finale.
    Maintenant que l'équipe la meilleure gagne.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Midelt, avis de recherche!

J’ai besoin d’elle. Ça me rassure de savoir qu’elle est là, elle veille sur moi comme un ange gardien. Je n’envisage pas la vie sans elle. J’éprouve pour elle une inondation de passion. Jamais je n’ai imaginé me trouver dans cet état d’âme qu’on nomme, la nostalgie. Je me suis enfui et elle s’est enfuie en me laissant une légère brise de décembre. Je cherche son froid glacial et sa fraîcheur estivale. Je cherche cette sensation étrange que je ressens en la contemplant chaque matin de ma fenêtre. Je passe des nuits à rêver de cette musique que son vent me jouait en grattant les fils électriques. Je suis le seul à comprendre les mots qu’elle me chantait avec le grincement des fenêtres. Je vis dans l’espérance de me promener, à nouveau, avec elle et en elle dans ses sentiers, ses jardins, ses champs et ses ruisseaux. Je la retrouve de temps en temps, c’est vrai qu’elle est toujours magnifique malgré quelques interventions chirurgicales, mais elle n’est plus la même. D’ailleurs comme tout…

Murmures

Je dis murmures, et ton absence se mélange avec mes syllabes.

Je dis absence, et le temps s’écoule lentement sur le nocturlabe.

Je dis lune, et l’obscurité de ce manque raconte notre histoire.

Je dis passé, et le fardeau du temps entrave les pas de l’espoir.

Je dis présent, et le passé se balade souvent dans mes rêves.

Je dis réalité, et les songes sont l’unique issue vers la trêve.

Je dis refuge, et je pense à ces moments passés sous la lune.

Je dis pensée, et ton souvenir éveille ces éternelles rancunes.

Je dis bruit et ces murmures se mêlent au silence nocturne.


Med A.
Mars 2016

Ighram Amazdar

Ighram* comme complément circonstanciel de lieu est un endroit calme, un petit village aux pieds de la montagne où l'on peut écouter les battements du cœur sans dérangement, pour un jour ou deux mais pas pour cinq ans, c'est un coin de ce monde où la monotonie vous poursuit et la routine vous drague.
En général les jours se suivent et ne se ressemblent pas, c'est la même histoire et le même refrain qui se répète, les notion futur proche passé récent n'ont pas de signification car rien n'a changé il y a cinq ans et on pourra pas prétendre un changement d'ici même dix ans .On fait des tas de choses et a la fin... !! C'est le sentiment qu'on a rien fait et qu'aucune tache
n'est à faire et ses a vous de simuler et d'imaginer de tel journées qui ne finissent jamais.
Et pourquoi être furieux puisque la vie n'est qu'un instant ?


13/14 octobre 2004

* Ighram Amazdar : un village au Maroc où j'ai travaillé cinq ans (2000 » »…