Accéder au contenu principal

Moi et le mondial.

Mes premiers souvenirs d’enfance sont liés au sport : les exploits de Noah à Roland Garros, la foulée majestueuse de Lewis, les coups francs magiques de Platini… En 1986, du haut de mes 8 ans, je m’ébaubissais du spectacle du Mundial au Mexique. Mes deux équipes de cœur y figuraient déjà :  le Maroc et la france.

Je construisais mon identité multiple, entre les deux rives de la Méditerranée. Je vibrais autant du génie de Timoumi,Zaki,Boudarbala,Krimou,Dolmi....  que Platini, Giresse, Genghini et Tigana.

Dans le dédale de mes souvenirs, impossible d’oublier 1998, où la France, portée par Lilian Thuram en demi-finale et Zinedine Zidane en finale, a soulevé le trophée chez elle. La victoire était en faveur de la France multiculturelle.J’ai autant pleuré lorsque le Maroc fut éliminée au terme du « match de la honte », où le Brisil et la Norvège se sont "arrangées" grace à l'arbitre du match pour arriver au score  qui  qualifiait la Norvège  malgré la victoire du Maroc face à l'Écosse 3-0.

Accro aux débordements de Ribéry, aux crochets de Messi, aux passements de jambes de Ronaldo… pendant un mois, je  reste scotché à mon téléviseur. Le sublime paradoxe de la vie fait que tous les quatre ans, un ballon rond m’ouvre les horizons de la terre et me… coupe du monde !

Commentaires

  1. Bonjour et merci de ta visite c'est très gentil de ta part.
    oui je me souviens bien de Noah aussi je regardais tout ces matchs une personne qui j'aime tj autant
    Bonne apres midi à toi

    RépondreSupprimer
  2. Je ne connais rien au soccer, mais je peux comprendre ton enthousiasme, ici c'est le hokey qui rend les gens fous.Bonne fin de coupe.

    RépondreSupprimer
  3. Bravo pour ce post, Simo !
    Tu te lance dans les jeux de mots aussiç, toi !
    Ah, 1998 ! Comment oublier ces matchs, les buts de Thuram, la qualif en fianle et la coupe !
    Et le défilé du 12 juillet sur les Champs Elysées !
    On a été nuls cette année, hein !

    RépondreSupprimer
  4. Mince, Simo, j'avais mis un long com et je ne le vois pas. j'ai du faire comme nos joueurs, me mélanger les crayons.
    Il faut rester sur l'année 1998 et puis c'est tout. On ne peut pas gagner à tous les coups, surtout avec la main ou un coup de boule. Il faut laisser la place aux équipes qui veulent jouer et surtout gagner.

    RépondreSupprimer
  5. je viens te dire bonjour j'espére que tu vas bien et que fais tu ?
    Bonne journée

    RépondreSupprimer
  6. dsl pour le retard de l'apparition des commentaires,j'étais ds un petit village où il n'y a pas de connexion internent. merci à vous tous.

    RépondreSupprimer
  7. OUi je vais bien merci un peu trop chaud mais je vais donc faire avec
    bye

    RépondreSupprimer
  8. Avais-tu prévu la finale entre l'Espagne et les Pays-Bas ?
    Les Allemands ont été trop prétentieux en se voyant déjà en finale.
    Maintenant que l'équipe la meilleure gagne.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

La femme amazigh (bérbère).

La femme amazigh a su a travers l’histoire sauvegarder l’héritage culturel de notre peuple amazigh.Elle était en quelque sorte la garante d’une pérennité des traditions et coutumes de génération en génération. La grande mère était vraisemblablement l’école numéro 1 qu’affrontaient les nouvelles générations. Sa mémoire s’étendait bien à des éphémérides vielles des siècles qu’aux détails d’une vie que menaient imazighen en communauté.Elle animait les longues veillées hivernales aux travers de la narration de contes merveilleux et de légendes devant un auditoire multigénérationnel. Elle participeait activement aux différentes activités agricoles qui rythment la vie villageoise: ramassage de olives, cueillette de figues, entretien des jardins potagers, entretien des animaux de la basse-cour en plus, évidemment, de toutes les taches domestiques; cuisine, lessive et éducation des enfants...


Actuellement encore, elle continue à jouer ce rôle dans les compagnes et monts , mais dans l…

Le tajine marocain.

Comme le couscous le tajine est le plat traditionnel par excellence du Maroc, Il faut dire que ce mot magique est évocateur des parfums du Maghreb, c’est toujours une invitation à l’évasion et au voyage. Il tient bien son nom de l’ustensile typique en terre vernissée où non dans lequel on le cuit lentement au charbon de bois.









   ( mes deux  tajine)

Cuisiné avec un élément de base (boeuf, agneau, volaille ou poisson), Ce ragout rustique est complété selon l’humeur ou le marché, le tajine est une aubaine pour toute cuisinière dotée d’un peu de talent et d’imagination. Il peut se préparer avec toute sortes d’ingrédients, le tour de main restant à peu prés toujours le même.

Chaque cuisinière marocaine à sa recette, variations autour d’un ragout de viande ou de poisson accompagné de légumes ou même des fruits secs. Il faut veiller à bien parfumer l’ensemble ; Les épices et les aromates restent les éléments qui confèrent au tajine ce gout d’ailleurs qui le différencie d’un ragout ordinaire.…

Ça bosse..!

Voici  l'histoire drôle, racontée par notre amie Claude , d'un dromadaire qui salut un chameau.