Accéder au contenu principal

Harira, soupe traditionnelle marocaine









Harira, soupe traditionnelle marocaine préparée chaque jour du ramadan et occasionnellement les autres jour.




Recette proposée par : Mon épouse
Cuisine Marocaine Origine de la recette : Cuisine Marocaine
Nombre de personne(s) Nombre de personnes : 6 Pers.
Temps de préparation Temps de préparation : 0 h 25 min
Temps de cuisson Temps de cuisson : 1 h 00 min
Difficulté de la recette Difficulté : facile
Prix de la recette Prix : raisonnable



Ingrédients :
  • 1/2 bol de lentilles, 1 bol de farine
  • 1 bol de pois chiches, 1/2 litre d'eau
  • 1 bol de viande de boeuf découpée en morceaux
  • 1 bol d'oignons taillés
  • 1 bol de tomates mondées et concassées
  • 1/2 bol de cèleri branche haché
  • 1 cuillère à café de gingembre moulu
  • une pincée de safran colorant
  • 1 c. à. s. de beurre ou 1 c. à. c. de beurre rance (smen)
  • 1/2 cuillère à café de poivre
  • 50 g de concentré de tomates
  • 1/2 bol de cheveux d'ange
  • 1 bol de persil et coriandre hachés
  • du sel















Préparation de la harira marocaine :
Pour préparer la recette de la harira marocaine :

Faire tremper la veille les lentilles et les pois chiches. Éplucher ces derniers. Mettre dans une cocotte minute les lentilles, les pois chiches, les morceaux de viande, l'oignon, les tomates, le céleri, le gingembre, le safran colorant et le beurre. Saler, poivrer et ajouter 2 litres d'eau. Laisser cuire pendant 33 minutes.

Préparation de la liaison:
Faire diluer la farine avec de l'eau en fouettant énergiquement pour éviter la formation de grumeaux.

Vérifier si la viande est parfaitement cuite puis ajouter le concentré de tomates. Mélanger bien et verser la liaison sur la préparation. Remuer constamment pendant 10 minutes.

Ajouter à la soupe les cheveux d'ange, la coriandre et le persil. Remuer le tout et laisser mijoter une dernière fois pendant 10 minutes.

Servez la soupe La harira bien chaude.




































































Commentaires

  1. *** Merci à toi et à ton épouse de nous donner la recette de La harira ! J'imagine comme vous devez l'apprécier en cette période de ramadan !
    ça donne envie ! moi qui aime tant la soupe !
    Merci et bonne soirée ! :o) ***

    RépondreSupprimer
  2. @Nancy: mon épouse te remercie et te souhaite un bon weekend,la harira pour moi c'est obligatoire en cette période du ramadan,bonne soirée à toi aussi.

    RépondreSupprimer
  3. Cette soupe a l'aire delicieuse! Même si je ne fête pas ramadan, je vais la essayer. Avec une femme pareille, tu vas grossir.

    RépondreSupprimer
  4. @Dedene: très délicieuse même, le miracle au Maroc c'est qu'on grossi jamais...(SOURIRE).bon weekend

    RépondreSupprimer
  5. Bonsoir Simo,
    il me manque quelques épices mais j'achèterai. Mais veux-tu bien me dire qu'est-ce que c'est des cheveux d'ange???
    En passant, un gros merci de ton soutien et de ta fidélité, sache que c'est énormément apprécié cher Simo...

    RépondreSupprimer
  6. Et en mesure, ça fait quoi ça un bol?

    RépondreSupprimer
  7. Voilà de quoi se régaler autour de ta table!!! Merci à ton épouse pour cette délicieuse recette!

    RépondreSupprimer
  8. @Nanou :les "cheveux d'ange" se sont des pâtes (très fins vermicelles).si tu ne trouve c'est pas obligatoire.sur la photo c'est une soupière il fait presque 10 bol.

    RépondreSupprimer
  9. @Chrys:merci à toi aussi pour le passage.bonne soirée.

    RépondreSupprimer
  10. Simo bonsoir
    et bien tu ne peux plus mettre de photos et bien bienvenue dans mon petit club alors!
    Il te faut le faire 100 fois pas possible trop pour moi
    Je plaisante
    Merci et bon courage alors comme à moi

    RépondreSupprimer
  11. pas de soupe pour moi plus tard je pense

    RépondreSupprimer
  12. tu sais je n'arrive pas a m'abonné chez toi

    RépondreSupprimer
  13. Ca doit être super bon, je vais essayer, j'adore la coriandre!
    Je me demande pour les pois chiches, est ce qu'ils cuisent aussi rapidement? Sinon est ce qu'on peut en utiliser en boite?

    RépondreSupprimer
  14. mmmm....ca a l'air bon, mais impossible au Japon car pas de lentilles ici....dommage.

    RépondreSupprimer
  15. @Flo: tu es abonner chez moi tu apparait dans les membre.bonne nuit.

    @ Sylvie: il faut tremper les lentilles et les pois chiches un jour avant pour qu'ils cuisent ou bien tu peux utiliser ceux de la boite.bonne nuit.

    RépondreSupprimer
  16. @Flo de sendai: tu peut la préparer sans lentilles.bonne soirée en japonais.

    RépondreSupprimer
  17. Merci de ta visite chez moi et de ton appréciation. J'ai bien envie de tester la soupe que tu nous proposes, elle me met l'eau à la bouche. Je te souhaite une bonne semaine. A bientôt.

    RépondreSupprimer
  18. Bonjour cher compatriote ! Bien que née à Safi, j'ai entendu parler de Midelt car mon oncle y travaillait dans les années 60 comme ingénieur des mines. Et que dire de la harira ??!!! C'est bien sûr ma soupe préférée ! Je m'en fais de temps en temps mais elle n'a pas le goût de celle de mon enfance que je n'oublierai jamais...Nostalgie, nostalgie...J'ai vécu à Safi jusqu'en 67 et j'y suis retournée l'année dernière avec plaisir et quand même un peu de peine de voir ma maison détruite. Je compte retourner au Maroc souvent car ma soeur a acheté une maison à Marrakech. Alors, peut-être ferons nous plus ample connaissance là-bas, qui sait ?
    Merci pour ton commentaire chez moi. Bonne journée et à bientôt.
    Mylise

    RépondreSupprimer
  19. Après une journée de jeûn, c'est une soupe qui tient bien au corps. Elle a l'air super bonne et une soupe qui tient de repas. Bravo à ton épouse !
    Amitiés aussi, Simo !

    RépondreSupprimer
  20. Merci pour la recette je vais l'essayer, l'hiver j'aime la soupe, ça réchauffe.

    RépondreSupprimer
  21. @tanette2: bonne semaine à toi aussi.

    @MYLISE: Safi je ne l'ai jamais visiter mais j'ai un ami prof de Safi la ville connu par les sardines et la poterie.mon père travaillait aussi dans les mines à Midelt, ça me fait plaisir de faire ta connaissance et tu es la bienvenue au Maroc.merci pour le passage.

    @Claude: bien sur c'est la soupe qui me met debout moi,bonne soirée.

    @Solange: c'est un efficace remède contre le froid,bonne journée.

    RépondreSupprimer
  22. Cette soupe semble super!
    Bon mardi :)
    Elisa

    RépondreSupprimer
  23. *** Un petit bonjour en passant chez toi Simo ! BISOUS ! :o) ***

    RépondreSupprimer
  24. je mange des crepes ce soir donc pas encore ta soupe bye

    RépondreSupprimer
  25. je viens te dire bonsoir et bien tu n'avais pas sauvegardé ton blog ?
    Je te souhaite alors du courage car les blogs c'est tout de même la galére bisou

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Murmures

Je dis murmures, et ton absence se mélange avec mes syllabes.

Je dis absence, et le temps s’écoule lentement sur le nocturlabe.

Je dis lune, et l’obscurité de ce manque raconte notre histoire.

Je dis passé, et le fardeau du temps entrave les pas de l’espoir.

Je dis présent, et le passé se balade souvent dans mes rêves.

Je dis réalité, et les songes sont l’unique issue vers la trêve.

Je dis refuge, et je pense à ces moments passés sous la lune.

Je dis pensée, et ton souvenir éveille ces éternelles rancunes.

Je dis bruit et ces murmures se mêlent au silence nocturne.


Med A.
Mars 2016

Midelt, avis de recherche!

J’ai besoin d’elle. Ça me rassure de savoir qu’elle est là, elle veille sur moi comme un ange gardien. Je n’envisage pas la vie sans elle. J’éprouve pour elle une inondation de passion. Jamais je n’ai imaginé me trouver dans cet état d’âme qu’on nomme, la nostalgie. Je me suis enfui et elle s’est enfuie en me laissant une légère brise de décembre. Je cherche son froid glacial et sa fraîcheur estivale. Je cherche cette sensation étrange que je ressens en la contemplant chaque matin de ma fenêtre. Je passe des nuits à rêver de cette musique que son vent me jouait en grattant les fils électriques. Je suis le seul à comprendre les mots qu’elle me chantait avec le grincement des fenêtres. Je vis dans l’espérance de me promener, à nouveau, avec elle et en elle dans ses sentiers, ses jardins, ses champs et ses ruisseaux. Je la retrouve de temps en temps, c’est vrai qu’elle est toujours magnifique malgré quelques interventions chirurgicales, mais elle n’est plus la même. D’ailleurs comme tout…

Une vie qui s’achève

Une brise trousse les cheveux de l’été, elle l’oblige à préparer ses bagages,
un reste de soleil s'appesantit, tandis que le ciel nous livre son dernier orage,
les baigneurs, à pas lourds, se précipitent comme les rescapés d’un naufrage,
et le bateau des amours estivaux prend le large vers de nouveaux rivages.
Le sable fait ses adieux aux parasols qui abritaient les chairs morbidesses,
les feuilles arrivent à maturité, roussissent et plongent dans une légère ivresse,
les écoliers reprennent le chemin de l’école avec enthousiasme et allégresse,
la toquade s’achève dès la fin de l’été, à présent on cède la plage à la sagesse.
Dans les bois couleur de sable, au long des sentiers mal dessinés et monotones, 
j’apprécie le spectacle d’une feuille folle qui nargue, tangue et bourdonne,
elle se sacrifie pour former un beau tapis roux, pauvre victime d’automne !
Des vies qui s’achèvent, des centaines d’âmes aux pieds des arbres rayonnent.

Med.A Septembre 2015