Accéder au contenu principal

Le Ramadan

Le Ramadan, mois du jeûne chez les musulmans, a débuté jeudi au Maroc. Pendant ce mois sacré, le musulman doit, du lever au coucher du soleil, s'abstenir de manger, de boire, de fumer ou d'entretenir des relations sexuelles avec son conjoint.

Le début et la fin du mois de Ramadan sont fixés chez les musulmans par l'apparition du croissant lunaire qui peut être vu à l'œil, dans un endroit et pas dans un autre, ce qui explique l'ordre dispersé du début de ce mois de jeûne entre pays musulmans.

Le jeûne du mois du ramadan est obligatoire à partir de l'âge de la puberté, sauf pour les femmes indisposées, enceintes ou allaitant, les malades (qui doivent rattraper les journées rompues) et les voyageurs. Ces derniers doivent le pratiquer à leur retour..
Le jeûne dure comme je l'ai dit de l'aurore jusqu'au coucher du soleil. En soirée, on assiste à un spectacle plutôt insolite : les gens attablés devant leur repas, attendant le signal de la fin du jeûne.
La vie est transformée et tout fonctionne au ralenti. D'un point de vue purement touristique, la période du ramadan n'est pas idéale : beaucoup d'hôtels, ainsi que de nombreux cafés et restaurants sont fermés.

Le Ramadan est aussi une période où les musulmans se concentrent sur la purification spirituelle et l'illumination, consolidant ainsi leur lien avec Dieu à travers, entre autres, la prière, la supplication, la charité et la solidarité.

Commentaires

  1. On a cette information, à la télé, tous les ans à la même époque,tant il y a des mulsulmans en France.
    Cette pratique en fin de journée se termine presque par des agapes. Quand je vois ce que les femmes préparent pour le dîner tardif, je me dis que cela valait le coup de jeûner toute la journée.
    Bon Ramadan, Simo !

    RépondreSupprimer
  2. Cette période est comparable au carême chez les catholiques. Ici aussi on en parle aux informations.

    RépondreSupprimer
  3. @Claude:c'est vrai la cuisine pendant le ramadan c'est autre chose(mile et une nuit) merci.

    @Solange:oui c'est le même chose chez les catholiques et les juifs. merci

    RépondreSupprimer
  4. Une question, Simo. Est ce que les loukoums font partie de ce qu'on mange après la journée de jeûn. Je te demande ca car Dimanche ma mère est venue déjeuner à la maison, et elle nous a aporté des loukoums. C'était la première fois que j'en mangeait de ma vie. J'en ai mangé deux ou trois et mon Chéri, tout le reste. C'est bon mais je trouve cela un sucré.

    RépondreSupprimer
  5. @Claude: non on ne le mange pas on mange la "chabakia" c'est sucré aussi,on général au maroc on mange après la journée du jeùne, les dattes,la harira(la soupe), du thé où du café au lait,les crèpe,les œufs,du jus d'orange, et d'autres plat celon le niveau social.

    RépondreSupprimer
  6. Merci Simo pour la réponse !
    Malheureusement mon tour de taille n'aime pas trop le sucre.

    RépondreSupprimer
  7. C'est comme les 3 p qu'on apprend aux enfants au KT au moment du carême, pénitence prière partage, il y a beaucoup de similitudes! Cependant il faut bien reconnaître que les musulmans sont beaucoup plus impliqués dans leur religion que les catholiques!
    merci d'être passé sur mon blog!

    RépondreSupprimer
  8. @Sylvie: oui tu as raison la religion pour nous est importante.merci

    RépondreSupprimer
  9. C´est très intéressant.
    Je suis en train de connaître ces traditions à travers ma classe de conversation
    Amitiés
    Elisa

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

La femme amazigh (bérbère).

La femme amazigh a su a travers l’histoire sauvegarder l’héritage culturel de notre peuple amazigh.Elle était en quelque sorte la garante d’une pérennité des traditions et coutumes de génération en génération. La grande mère était vraisemblablement l’école numéro 1 qu’affrontaient les nouvelles générations. Sa mémoire s’étendait bien à des éphémérides vielles des siècles qu’aux détails d’une vie que menaient imazighen en communauté.Elle animait les longues veillées hivernales aux travers de la narration de contes merveilleux et de légendes devant un auditoire multigénérationnel. Elle participeait activement aux différentes activités agricoles qui rythment la vie villageoise: ramassage de olives, cueillette de figues, entretien des jardins potagers, entretien des animaux de la basse-cour en plus, évidemment, de toutes les taches domestiques; cuisine, lessive et éducation des enfants...


Actuellement encore, elle continue à jouer ce rôle dans les compagnes et monts , mais dans l…

Midelt*

MIDELT *Malgré la distance qui nous sépare et le destin qui nous éloigne, Ilm’arrive souvent de voir ton image se placer devant moi. Dans mon cœur les battements montent en crescendo En songeant te revoir et palper à nouveau Les pommes de tes reliefs infinis. Sans Toi je ne suis qu’un étranger. *Midelt : ville marocaine, c’est ma ville natale. Copyright © Med AAZEROU  24/04/2014

Le tajine marocain.

Comme le couscous le tajine est le plat traditionnel par excellence du Maroc, Il faut dire que ce mot magique est évocateur des parfums du Maghreb, c’est toujours une invitation à l’évasion et au voyage. Il tient bien son nom de l’ustensile typique en terre vernissée où non dans lequel on le cuit lentement au charbon de bois.









   ( mes deux  tajine)

Cuisiné avec un élément de base (boeuf, agneau, volaille ou poisson), Ce ragout rustique est complété selon l’humeur ou le marché, le tajine est une aubaine pour toute cuisinière dotée d’un peu de talent et d’imagination. Il peut se préparer avec toute sortes d’ingrédients, le tour de main restant à peu prés toujours le même.

Chaque cuisinière marocaine à sa recette, variations autour d’un ragout de viande ou de poisson accompagné de légumes ou même des fruits secs. Il faut veiller à bien parfumer l’ensemble ; Les épices et les aromates restent les éléments qui confèrent au tajine ce gout d’ailleurs qui le différencie d’un ragout ordinaire.…