Accéder au contenu principal

Le Ramadan

Le Ramadan, mois du jeûne chez les musulmans, a débuté jeudi au Maroc. Pendant ce mois sacré, le musulman doit, du lever au coucher du soleil, s'abstenir de manger, de boire, de fumer ou d'entretenir des relations sexuelles avec son conjoint.

Le début et la fin du mois de Ramadan sont fixés chez les musulmans par l'apparition du croissant lunaire qui peut être vu à l'œil, dans un endroit et pas dans un autre, ce qui explique l'ordre dispersé du début de ce mois de jeûne entre pays musulmans.

Le jeûne du mois du ramadan est obligatoire à partir de l'âge de la puberté, sauf pour les femmes indisposées, enceintes ou allaitant, les malades (qui doivent rattraper les journées rompues) et les voyageurs. Ces derniers doivent le pratiquer à leur retour..
Le jeûne dure comme je l'ai dit de l'aurore jusqu'au coucher du soleil. En soirée, on assiste à un spectacle plutôt insolite : les gens attablés devant leur repas, attendant le signal de la fin du jeûne.
La vie est transformée et tout fonctionne au ralenti. D'un point de vue purement touristique, la période du ramadan n'est pas idéale : beaucoup d'hôtels, ainsi que de nombreux cafés et restaurants sont fermés.

Le Ramadan est aussi une période où les musulmans se concentrent sur la purification spirituelle et l'illumination, consolidant ainsi leur lien avec Dieu à travers, entre autres, la prière, la supplication, la charité et la solidarité.

Commentaires

  1. On a cette information, à la télé, tous les ans à la même époque,tant il y a des mulsulmans en France.
    Cette pratique en fin de journée se termine presque par des agapes. Quand je vois ce que les femmes préparent pour le dîner tardif, je me dis que cela valait le coup de jeûner toute la journée.
    Bon Ramadan, Simo !

    RépondreSupprimer
  2. Cette période est comparable au carême chez les catholiques. Ici aussi on en parle aux informations.

    RépondreSupprimer
  3. @Claude:c'est vrai la cuisine pendant le ramadan c'est autre chose(mile et une nuit) merci.

    @Solange:oui c'est le même chose chez les catholiques et les juifs. merci

    RépondreSupprimer
  4. Une question, Simo. Est ce que les loukoums font partie de ce qu'on mange après la journée de jeûn. Je te demande ca car Dimanche ma mère est venue déjeuner à la maison, et elle nous a aporté des loukoums. C'était la première fois que j'en mangeait de ma vie. J'en ai mangé deux ou trois et mon Chéri, tout le reste. C'est bon mais je trouve cela un sucré.

    RépondreSupprimer
  5. @Claude: non on ne le mange pas on mange la "chabakia" c'est sucré aussi,on général au maroc on mange après la journée du jeùne, les dattes,la harira(la soupe), du thé où du café au lait,les crèpe,les œufs,du jus d'orange, et d'autres plat celon le niveau social.

    RépondreSupprimer
  6. Merci Simo pour la réponse !
    Malheureusement mon tour de taille n'aime pas trop le sucre.

    RépondreSupprimer
  7. C'est comme les 3 p qu'on apprend aux enfants au KT au moment du carême, pénitence prière partage, il y a beaucoup de similitudes! Cependant il faut bien reconnaître que les musulmans sont beaucoup plus impliqués dans leur religion que les catholiques!
    merci d'être passé sur mon blog!

    RépondreSupprimer
  8. @Sylvie: oui tu as raison la religion pour nous est importante.merci

    RépondreSupprimer
  9. C´est très intéressant.
    Je suis en train de connaître ces traditions à travers ma classe de conversation
    Amitiés
    Elisa

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Murmures

Je dis murmures, et ton absence se mélange avec mes syllabes.

Je dis absence, et le temps s’écoule lentement sur le nocturlabe.

Je dis lune, et l’obscurité de ce manque raconte notre histoire.

Je dis passé, et le fardeau du temps entrave les pas de l’espoir.

Je dis présent, et le passé se balade souvent dans mes rêves.

Je dis réalité, et les songes sont l’unique issue vers la trêve.

Je dis refuge, et je pense à ces moments passés sous la lune.

Je dis pensée, et ton souvenir éveille ces éternelles rancunes.

Je dis bruit et ces murmures se mêlent au silence nocturne.


Med A.
Mars 2016

Midelt, avis de recherche!

J’ai besoin d’elle. Ça me rassure de savoir qu’elle est là, elle veille sur moi comme un ange gardien. Je n’envisage pas la vie sans elle. J’éprouve pour elle une inondation de passion. Jamais je n’ai imaginé me trouver dans cet état d’âme qu’on nomme, la nostalgie. Je me suis enfui et elle s’est enfuie en me laissant une légère brise de décembre. Je cherche son froid glacial et sa fraîcheur estivale. Je cherche cette sensation étrange que je ressens en la contemplant chaque matin de ma fenêtre. Je passe des nuits à rêver de cette musique que son vent me jouait en grattant les fils électriques. Je suis le seul à comprendre les mots qu’elle me chantait avec le grincement des fenêtres. Je vis dans l’espérance de me promener, à nouveau, avec elle et en elle dans ses sentiers, ses jardins, ses champs et ses ruisseaux. Je la retrouve de temps en temps, c’est vrai qu’elle est toujours magnifique malgré quelques interventions chirurgicales, mais elle n’est plus la même. D’ailleurs comme tout…

Une vie qui s’achève

Une brise trousse les cheveux de l’été, elle l’oblige à préparer ses bagages,
un reste de soleil s'appesantit, tandis que le ciel nous livre son dernier orage,
les baigneurs, à pas lourds, se précipitent comme les rescapés d’un naufrage,
et le bateau des amours estivaux prend le large vers de nouveaux rivages.
Le sable fait ses adieux aux parasols qui abritaient les chairs morbidesses,
les feuilles arrivent à maturité, roussissent et plongent dans une légère ivresse,
les écoliers reprennent le chemin de l’école avec enthousiasme et allégresse,
la toquade s’achève dès la fin de l’été, à présent on cède la plage à la sagesse.
Dans les bois couleur de sable, au long des sentiers mal dessinés et monotones, 
j’apprécie le spectacle d’une feuille folle qui nargue, tangue et bourdonne,
elle se sacrifie pour former un beau tapis roux, pauvre victime d’automne !
Des vies qui s’achèvent, des centaines d’âmes aux pieds des arbres rayonnent.

Med.A Septembre 2015