Accéder au contenu principal

La Journée de la Terre.

Le Maroc s’apprête ainsi à accueillir la Journée de la Terre, événement écologique planétaire et
à lancer sa première opération de solidarité environnementale. Ce sera aussi une occasion pour
notre pays de renforcer la place de la question de l’environnement dans les grands chantiers de
développement du Royaume.

Du 17 au 24 avril, Rabat vivra au rythme du développement durable et de la protection de
l’environnement. L’organisation américaine Earth Day Network a choisi la capitale comme
« Ville Première » pour abriter les célébrations du 40ème anniversaire de la Journée de la Terre.
Ce sont des décennies d’efforts et de mobilisation en faveur de l’environnement qui sont
reconnues et récompensées aujourd’hui par le choix de notre pays pour accueillir cet
événement planétaire. Le Maroc s’est en effet illustré dans ce domaine à travers une politique
audacieuse de préservation des ressources hydrauliques et naturelles, de promotion des énergies
renouvelables, mais aussi à travers la Charte nationale de l’environnement et du développement
durable qui est en cours de réalisation. Née aux Etats-Unis en 1970, la Journée de la Terre est
devenue en 40 ans un véritable levier pour les enjeux environnementaux globaux et
l’événement écologique le plus célébré à travers le monde.
De nombreuses manifestations auront lieu à Rabat, mais également à travers tout le pays et
l’ensemble des acteurs de la société se tiennent prêts à se mobiliser pour cette occasion pour
agir, à petite ou grande échelle, pour notre Terre. Le Maroc saisira cette occasion pour
renforcer ses engagements en faveur de l’environnement et consolider la conscience écologique
des citoyens marocains.
Un Espace écologie, une des manifestations phare de cet événement, sera érigé sur l’esplanade
des Oudayas et présentera du 17 au 25 avril les dernières innovations en terme de protection de
l’environnement mises en œuvre par les ministères, les offices publics, les entreprises ou les
organismes internationaux ainsi que des ateliers de sensibilisation.

Nous avons fait un grand pas en avant   mais il nous reste encore beaucoup de choses à réaliser surtout au pays du Tiers-Monde dans le domaine de l'éducation..
Nous sommes, aujourd'hui plus que jamais, conscients des défis qui se posent à la préservation de notre environnement alors agissant vite.




Commentaires

  1. Si chacun fait sa part on pourra jouir encore longtemps de notre planète. Mais il reste encore beaucoup à faire.Je vous souhaite beaucoup de succès pour cette semaine.

    RépondreSupprimer
  2. Rabat sera en fête, pour une bonne cause, bravo !
    La protection de l'environnement est certes une question d'éducation, mais malheureusement ce sont les plus éduqués qui polluent, je pense.
    Depuis 1970, combien ont pris conscience de ce problème.

    RépondreSupprimer
  3. Le sigle est superbe et efficace.

    Nous faisons piètre figure en matière d'environnement, surtout au Canada anglais, notre nation voisine, avec qui nous partageons un territoire.

    Harpeur (peUr) doit être célèbre de par le monde pour son indifférence à la Terre, ses considérations $$$ sans égard pour les dégâts occasionnés par les sables bitumineux.

    Que fait-on au Maroc, par exemple? Pourrais-tu nous en parler un peu?

    Bon samedi, Zed ¦)

    RépondreSupprimer
  4. Bonjour Simo,
    bien d'accord avec mon amie Zed. Ici avec le Canada comme "voisin", nous faisons effectivement piètre figure. Je dis "voisin" car dans mon coeur, je ne fais pas partie du Canada, je suis québécoise...
    Ton pays semble beaucoup plus évolué pour la question environnementale. Nous devons changer drastiquement notre façon de vivre si l'on veut préserver notre Terre.Beau billet Simo...

    RépondreSupprimer
  5. @ Solange,Claude, Zed,Nanou: merci pour vos commentaire et je signale que je prépare un billet sur le Maroc qui trait dans tous les domaines.

    RépondreSupprimer
  6. merci toi aussi passe une bonne nuit et fait de beaux rêves

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Murmures

Je dis murmures, et ton absence se mélange avec mes syllabes.

Je dis absence, et le temps s’écoule lentement sur le nocturlabe.

Je dis lune, et l’obscurité de ce manque raconte notre histoire.

Je dis passé, et le fardeau du temps entrave les pas de l’espoir.

Je dis présent, et le passé se balade souvent dans mes rêves.

Je dis réalité, et les songes sont l’unique issue vers la trêve.

Je dis refuge, et je pense à ces moments passés sous la lune.

Je dis pensée, et ton souvenir éveille ces éternelles rancunes.

Je dis bruit et ces murmures se mêlent au silence nocturne.


Med A.
Mars 2016

Midelt, avis de recherche!

J’ai besoin d’elle. Ça me rassure de savoir qu’elle est là, elle veille sur moi comme un ange gardien. Je n’envisage pas la vie sans elle. J’éprouve pour elle une inondation de passion. Jamais je n’ai imaginé me trouver dans cet état d’âme qu’on nomme, la nostalgie. Je me suis enfui et elle s’est enfuie en me laissant une légère brise de décembre. Je cherche son froid glacial et sa fraîcheur estivale. Je cherche cette sensation étrange que je ressens en la contemplant chaque matin de ma fenêtre. Je passe des nuits à rêver de cette musique que son vent me jouait en grattant les fils électriques. Je suis le seul à comprendre les mots qu’elle me chantait avec le grincement des fenêtres. Je vis dans l’espérance de me promener, à nouveau, avec elle et en elle dans ses sentiers, ses jardins, ses champs et ses ruisseaux. Je la retrouve de temps en temps, c’est vrai qu’elle est toujours magnifique malgré quelques interventions chirurgicales, mais elle n’est plus la même. D’ailleurs comme tout…

Une vie qui s’achève

Une brise trousse les cheveux de l’été, elle l’oblige à préparer ses bagages,
un reste de soleil s'appesantit, tandis que le ciel nous livre son dernier orage,
les baigneurs, à pas lourds, se précipitent comme les rescapés d’un naufrage,
et le bateau des amours estivaux prend le large vers de nouveaux rivages.
Le sable fait ses adieux aux parasols qui abritaient les chairs morbidesses,
les feuilles arrivent à maturité, roussissent et plongent dans une légère ivresse,
les écoliers reprennent le chemin de l’école avec enthousiasme et allégresse,
la toquade s’achève dès la fin de l’été, à présent on cède la plage à la sagesse.
Dans les bois couleur de sable, au long des sentiers mal dessinés et monotones, 
j’apprécie le spectacle d’une feuille folle qui nargue, tangue et bourdonne,
elle se sacrifie pour former un beau tapis roux, pauvre victime d’automne !
Des vies qui s’achèvent, des centaines d’âmes aux pieds des arbres rayonnent.

Med.A Septembre 2015