Accéder au contenu principal

Couscous Marocain.




 Ingrédients.
1 kg 1/2 de viande non grasse de mouton (épaule ou selle) ou de veau (collet, poitrine, épaule, jarret)
1 chou pommé (environ 800 g)
1 morceau de pain rassis
1 cuillerée à soupe de jus de citron
4 clous de girofle
1 kg d'oignons

250 g de pois chiches trempés la veille
150 g de beurre
1 pincée de safran
1 cuillerée à café de poivre sel
6 litres d'eau
1 kg de couscous
250 g de tomates pelées et épépinées
250 g de petits navets épluchés coupe en deux 
500 g de carottes épluchées, coupées en longueur
3 branches de coriandre nouées

2 poivrons piquants ou piments 500 g de courge rouge
250 g de pomme de terre
100 g d'huile d'olives.



Préparation.
Laver et égoutter soigneusement la viande coupée en dix morceaux égaux. Retirer le trognon et le coeur du chou en l'incisant profondément avec un couteau pointu. Le faire blanchir 5 mn dans de l'eau bouillante avec le jus de citron et le pain rassis. Mettre la viande dans la marm
ite du cous
coussier, le chou blanchi, deux oignons piqués chacun de 2 clous de girofle, les pois chiches, le safran, le poivre, le sel, l'eau et mettre sur feu vif. Verser le couscous dans le haut du couscoussier et placer sur la marmite en ébullition. La vapeur ne doit s'échapper que par le haut.
La sauce qu'on prépare avant de rajouter les légumes dan
s la partie intermédiaire de la couscoussier il faut qu il y ait assez de sauce

Pour recouvrir les légumes quand on les rajoute. Ensuite il y a la partie supérieure ou on place le couscous pour ébullition
Dès que la vapeur s'échappe, compter 1/2 heure de cuisson. Retirer le couscous, le mettre dans un grand plat creux, séparer les grains en les frottant entre les paumes ou en les écrasant à l'aide d'une louche. Arroser de 2 à 3 louches d'eau froide légèrement salée, séparer les grains et laisser reposer 15 mn.
Ajouter au bouillon le reste des oignons émincés, tomates, navets, carottes, coriandre nouée et piments. Prélever un peu de bouillon et cuire à part courge rouge et patates douces. Dès que le bouillon est de nouveau en ébullition, refaire l'opération précédente avec le couscous mais cette fois-ci en remplaçant l'eau par l'huile d'olive.
Remettre le couscous dans le haut du couscoussier et 5 mn après échappement de la vapeur, égrener de nouveau le couscous avec le beurre. Vérifier la cuisson de la viande et des légumes, rectifier l'assaisonnement.


Sert 4 à 6. 
                                                               

Commentaires

  1. Bonjour Simo !
    Mes Parents connaissaîent des cousins qui avait longtemps vécu au Maroc et ils leur avaient transmis leur recette du cousous. Quand mon Père mettait son tablier de cuisine et qu'il se mettait à son fourneau pour noous préparer un couscous, c'était le grand régal familial. Ce que j'aimais par-dessus tout c'était sa sauce sucrée. Miam !
    IL épluchait, avec ma Maman, les légumes la veille et le lendemain s'y mettait de bonne heure afin que tout cela mijotte à merveille.
    Merci pour cette recette !

    RépondreSupprimer
  2. @Claude:vous savez ce qui est beau à part le coté culinaire,pour manger du couscous il faut que toute la famille soit réunie c'est à dire il est un facteur de liaison familial.
    bon weekend

    RépondreSupprimer
  3. Bonsoir Simo. Mes ex-beaux parents ont vécu à Oujda et ma belle-mère préparait un délicieux couscous que nous dégustions en famille. Bonne soirée,
    Brigitte

    RépondreSupprimer
  4. @ Brigitte: Salut oui Oujda c'est une super ville à l'orient du Maroc et le couscous c'est le mots de passe au Maghreb.merci bonne soirée.

    RépondreSupprimer
  5. Bonjour
    Ce plat est un plat que j'adore merci de ta visite

    RépondreSupprimer
  6. Oui bonne soirée à toi aussi et merci

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

La femme amazigh (bérbère).

La femme amazigh a su a travers l’histoire sauvegarder l’héritage culturel de notre peuple amazigh.Elle était en quelque sorte la garante d’une pérennité des traditions et coutumes de génération en génération. La grande mère était vraisemblablement l’école numéro 1 qu’affrontaient les nouvelles générations. Sa mémoire s’étendait bien à des éphémérides vielles des siècles qu’aux détails d’une vie que menaient imazighen en communauté.Elle animait les longues veillées hivernales aux travers de la narration de contes merveilleux et de légendes devant un auditoire multigénérationnel. Elle participeait activement aux différentes activités agricoles qui rythment la vie villageoise: ramassage de olives, cueillette de figues, entretien des jardins potagers, entretien des animaux de la basse-cour en plus, évidemment, de toutes les taches domestiques; cuisine, lessive et éducation des enfants...


Actuellement encore, elle continue à jouer ce rôle dans les compagnes et monts , mais dans l…

Midelt*

MIDELT *Malgré la distance qui nous sépare et le destin qui nous éloigne, Ilm’arrive souvent de voir ton image se placer devant moi. Dans mon cœur les battements montent en crescendo En songeant te revoir et palper à nouveau Les pommes de tes reliefs infinis. Sans Toi je ne suis qu’un étranger. *Midelt : ville marocaine, c’est ma ville natale. Copyright © Med AAZEROU  24/04/2014

Le tajine marocain.

Comme le couscous le tajine est le plat traditionnel par excellence du Maroc, Il faut dire que ce mot magique est évocateur des parfums du Maghreb, c’est toujours une invitation à l’évasion et au voyage. Il tient bien son nom de l’ustensile typique en terre vernissée où non dans lequel on le cuit lentement au charbon de bois.









   ( mes deux  tajine)

Cuisiné avec un élément de base (boeuf, agneau, volaille ou poisson), Ce ragout rustique est complété selon l’humeur ou le marché, le tajine est une aubaine pour toute cuisinière dotée d’un peu de talent et d’imagination. Il peut se préparer avec toute sortes d’ingrédients, le tour de main restant à peu prés toujours le même.

Chaque cuisinière marocaine à sa recette, variations autour d’un ragout de viande ou de poisson accompagné de légumes ou même des fruits secs. Il faut veiller à bien parfumer l’ensemble ; Les épices et les aromates restent les éléments qui confèrent au tajine ce gout d’ailleurs qui le différencie d’un ragout ordinaire.…