Accéder au contenu principal

Couscous Marocain.




 Ingrédients.
1 kg 1/2 de viande non grasse de mouton (épaule ou selle) ou de veau (collet, poitrine, épaule, jarret)
1 chou pommé (environ 800 g)
1 morceau de pain rassis
1 cuillerée à soupe de jus de citron
4 clous de girofle
1 kg d'oignons

250 g de pois chiches trempés la veille
150 g de beurre
1 pincée de safran
1 cuillerée à café de poivre sel
6 litres d'eau
1 kg de couscous
250 g de tomates pelées et épépinées
250 g de petits navets épluchés coupe en deux 
500 g de carottes épluchées, coupées en longueur
3 branches de coriandre nouées

2 poivrons piquants ou piments 500 g de courge rouge
250 g de pomme de terre
100 g d'huile d'olives.



Préparation.
Laver et égoutter soigneusement la viande coupée en dix morceaux égaux. Retirer le trognon et le coeur du chou en l'incisant profondément avec un couteau pointu. Le faire blanchir 5 mn dans de l'eau bouillante avec le jus de citron et le pain rassis. Mettre la viande dans la marm
ite du cous
coussier, le chou blanchi, deux oignons piqués chacun de 2 clous de girofle, les pois chiches, le safran, le poivre, le sel, l'eau et mettre sur feu vif. Verser le couscous dans le haut du couscoussier et placer sur la marmite en ébullition. La vapeur ne doit s'échapper que par le haut.
La sauce qu'on prépare avant de rajouter les légumes dan
s la partie intermédiaire de la couscoussier il faut qu il y ait assez de sauce

Pour recouvrir les légumes quand on les rajoute. Ensuite il y a la partie supérieure ou on place le couscous pour ébullition
Dès que la vapeur s'échappe, compter 1/2 heure de cuisson. Retirer le couscous, le mettre dans un grand plat creux, séparer les grains en les frottant entre les paumes ou en les écrasant à l'aide d'une louche. Arroser de 2 à 3 louches d'eau froide légèrement salée, séparer les grains et laisser reposer 15 mn.
Ajouter au bouillon le reste des oignons émincés, tomates, navets, carottes, coriandre nouée et piments. Prélever un peu de bouillon et cuire à part courge rouge et patates douces. Dès que le bouillon est de nouveau en ébullition, refaire l'opération précédente avec le couscous mais cette fois-ci en remplaçant l'eau par l'huile d'olive.
Remettre le couscous dans le haut du couscoussier et 5 mn après échappement de la vapeur, égrener de nouveau le couscous avec le beurre. Vérifier la cuisson de la viande et des légumes, rectifier l'assaisonnement.


Sert 4 à 6. 
                                                               

Commentaires

  1. Bonjour Simo !
    Mes Parents connaissaîent des cousins qui avait longtemps vécu au Maroc et ils leur avaient transmis leur recette du cousous. Quand mon Père mettait son tablier de cuisine et qu'il se mettait à son fourneau pour noous préparer un couscous, c'était le grand régal familial. Ce que j'aimais par-dessus tout c'était sa sauce sucrée. Miam !
    IL épluchait, avec ma Maman, les légumes la veille et le lendemain s'y mettait de bonne heure afin que tout cela mijotte à merveille.
    Merci pour cette recette !

    RépondreSupprimer
  2. @Claude:vous savez ce qui est beau à part le coté culinaire,pour manger du couscous il faut que toute la famille soit réunie c'est à dire il est un facteur de liaison familial.
    bon weekend

    RépondreSupprimer
  3. Bonsoir Simo. Mes ex-beaux parents ont vécu à Oujda et ma belle-mère préparait un délicieux couscous que nous dégustions en famille. Bonne soirée,
    Brigitte

    RépondreSupprimer
  4. @ Brigitte: Salut oui Oujda c'est une super ville à l'orient du Maroc et le couscous c'est le mots de passe au Maghreb.merci bonne soirée.

    RépondreSupprimer
  5. Bonjour
    Ce plat est un plat que j'adore merci de ta visite

    RépondreSupprimer
  6. Oui bonne soirée à toi aussi et merci

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Midelt, avis de recherche!

J’ai besoin d’elle. Ça me rassure de savoir qu’elle est là, elle veille sur moi comme un ange gardien. Je n’envisage pas la vie sans elle. J’éprouve pour elle une inondation de passion. Jamais je n’ai imaginé me trouver dans cet état d’âme qu’on nomme, la nostalgie. Je me suis enfui et elle s’est enfuie en me laissant une légère brise de décembre. Je cherche son froid glacial et sa fraîcheur estivale. Je cherche cette sensation étrange que je ressens en la contemplant chaque matin de ma fenêtre. Je passe des nuits à rêver de cette musique que son vent me jouait en grattant les fils électriques. Je suis le seul à comprendre les mots qu’elle me chantait avec le grincement des fenêtres. Je vis dans l’espérance de me promener, à nouveau, avec elle et en elle dans ses sentiers, ses jardins, ses champs et ses ruisseaux. Je la retrouve de temps en temps, c’est vrai qu’elle est toujours magnifique malgré quelques interventions chirurgicales, mais elle n’est plus la même. D’ailleurs comme tout…

Murmures

Je dis murmures, et ton absence se mélange avec mes syllabes.

Je dis absence, et le temps s’écoule lentement sur le nocturlabe.

Je dis lune, et l’obscurité de ce manque raconte notre histoire.

Je dis passé, et le fardeau du temps entrave les pas de l’espoir.

Je dis présent, et le passé se balade souvent dans mes rêves.

Je dis réalité, et les songes sont l’unique issue vers la trêve.

Je dis refuge, et je pense à ces moments passés sous la lune.

Je dis pensée, et ton souvenir éveille ces éternelles rancunes.

Je dis bruit et ces murmures se mêlent au silence nocturne.


Med A.
Mars 2016

Ighram Amazdar

Ighram* comme complément circonstanciel de lieu est un endroit calme, un petit village aux pieds de la montagne où l'on peut écouter les battements du cœur sans dérangement, pour un jour ou deux mais pas pour cinq ans, c'est un coin de ce monde où la monotonie vous poursuit et la routine vous drague.
En général les jours se suivent et ne se ressemblent pas, c'est la même histoire et le même refrain qui se répète, les notion futur proche passé récent n'ont pas de signification car rien n'a changé il y a cinq ans et on pourra pas prétendre un changement d'ici même dix ans .On fait des tas de choses et a la fin... !! C'est le sentiment qu'on a rien fait et qu'aucune tache
n'est à faire et ses a vous de simuler et d'imaginer de tel journées qui ne finissent jamais.
Et pourquoi être furieux puisque la vie n'est qu'un instant ?


13/14 octobre 2004

* Ighram Amazdar : un village au Maroc où j'ai travaillé cinq ans (2000 » »…